Kousk Breizh Izel

Merci au contributeur : Emilie

PAROLES

Kousk Breizh Izel

( Dors, ma Bretagne ) 

An heol a zo kuzhet

Setu echu an deiz

Me ‘glev ar c’hloc’h o tintal an Ave

Kousk, kousk, Breizh-Izel, bro dispar !

Setu an noz o tont war an douar

Kousk, Breizh-Izel bro ker mat

Trouz ar mor bras a sav d’az luskellat

Ar vesaerien a gan

O tastum o loened

Gwerzioù Breizh-Izel n’int ket c’hoazh kollet

Arvor, o douar sakr

A greiz-kalon m’ho kar

Bro all ker kaer n’eus ket war an douar

Ch’wezh vat gand an ed e bleun

Hag al lann alaouret

War ar maezioù gant ar glizh noz a red

Partagez ce chant : 

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur linkedin
LinkedIn

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Les plus vus

Debout les gars
Dans les Hussards
Prière scoute
La Blanche Hermine

Faire une autre recherche

Je veux recevoir les nouveaux chants dans mes emails

Je m'inscris à la newsletter

Aucun spam, juste des chants

À propos :

L’abbé Jacques Le Maréchal, plus connu sous le pseudonyme de Blei Lann Vaus ou Bleiz Lannvau, est un prêtre et poète breton, né en 

1877 à Moustoir-Ac dans le Morbihan, mort en 1948

Il est auteur d’un grand nombre de poésies et de chansons en dialecte de Vannes, dont Noce bretonne au pays de Vannes.

Une chanson dont il a écrit les paroles, Kousk Breiz-Izel (« Dors ma Bretagne »), « a fait le tour du monde ».

Une de ses chansons, traduite dans le dialecte de Léon, a reçu en 1902 le prix de l’Union régionaliste bretonne.

Professeur au séminaire, il y a comme élèves Jean-Pierre Calloc’h (1888-1917) et Joseph Labourlette qui deviennent comme lui poètes en 

dialecte vannetais.

traduction:

Le soleil s’est couché

Voici le jour achevé

J’entends la cloche qui sonne l’Angélus

 

Dors, dors, Basse Bretagne, Pays sans égal

Voici la nuit qui vient sur la terre

Dors, Basse Bretagne, pays si beau

Le bruit de l’océan monte pour te bercer

 

Les paysans chantent

En rassemblant leurs troupeaux

Ils n’ont pas encore oublié les complaintes de Basse-Bretagne

 

Armor, terre sacrée

Je t’aime de tout mon coeur

Il n’est au monde pays si beau

 

La bonne odeur des blés murs

Et de l’ajonc doré

Sur les champs se répand avec la rosée du soir