Tantum ergo

Merci au contributeur : Charles 56

PAROLES

La quête

l’application au service
de votre église

Certifiée par le Diocèse

Comment ça marche ?

  • S’inscrire
  • Indiquer ses coordonnées bancaires
  • Choisir sa paroisse
  • Faire un don pour la quête

Je suis l’actualité
de ma paroisse et de mon diocèse

Je suis les lectures du dimanche
de ma paroisse et de mon diocèse

Paiement

100% sécurisé

RGPD

Stripe

Toutesles cartes

https://

Nous offrons totalement ce service à l’Eglise, seule la banque prends des micro commissions

Déploiement

34 diocèses

Plus de 5000 églises déjà présentes !

Lire la vidéo

Ils parlent de nous

Partagez ce chant : 

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur linkedin
LinkedIn

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Les plus vus

Debout les gars
Dans les Hussards
Prière scoute
La Blanche Hermine

Faire une autre recherche

Je veux recevoir les nouveaux chants dans mes emails

Je m'inscris à la newsletter

Aucun spam, juste des chants

À propos :

Cete prière écrite par Saint Thomas d’Aquin, est par excellence le chant du Jeudi saint, jour de l’Institution de la Cène. Centrée sur la contemplation du corps et du sang du Christ, sous les espèces du pain et du vin, l’hymne s’achève par le “Tantum ergo sacramentum”, qui vient en action de grâce et insiste sur la nouveauté radicale de ce sacrement.

Chante, ô ma langue, le mystère

De ce corps très glorieux

Et de ce sang si précieux

Que le Roi de nations

Issu d’une noble lignée

Versa pour le prix de ce monde

Fils d’une mère toujours vierge

Né pour nous, à nous donné,

Et dans ce monde ayant vécu,

Verbe en semence semé,

Il conclut son temps d’ici-bas

Par une action incomparable :

La nuit de la dernière Cène,

A table avec ses amis,

Ayant pleinement observé

La Pâque selon la loi,

De ses propres mains il s’offrit

En nourriture aux douze Apôtres.

Le Verbe fait chair, par son verbe,

Fait de sa chair le vrai pain;

Le sang du Christ devient boisson;

Nos sens étant limités,

C’est la foi seule qui suffit

pour affermir les coeurs sincères.

Il est si grand, ce sacrement !

Adorons-le, prosternés.

Que s’effacent les anciens rites

Devant le culte nouveau !

Que la foi vienne suppléer

Aux faiblesses de nos sens !

Au Père et au Fils qu’il engendre

Louange et joie débordante,

Salut, honneur, toute-puissance

Et toujours bénédiction !

A l’Esprit qui des deux procède

soit rendue même louange. Amen.