Coupo Santo (Provencal)

Merci au contributeur : Stef

PAROLES

La quête

l’application au service
de votre église

Certifiée par le Diocèse

Comment ça marche ?

  • S’inscrire
  • Indiquer ses coordonnées bancaires
  • Choisir sa paroisse
  • Faire un don pour la quête

Je suis l’actualité
de ma paroisse et de mon diocèse

Je suis les lectures du dimanche
de ma paroisse et de mon diocèse

Paiement

100% sécurisé

RGPD

Stripe

Toutesles cartes

https://

Nous offrons totalement ce service à l’Eglise, seule la banque prends des micro commissions

Déploiement

34 diocèses

Plus de 5000 églises déjà présentes !

Lire la vidéo

Ils parlent de nous

Partagez ce chant : 

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur linkedin
LinkedIn

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Les plus vus

Debout les gars
Dans les Hussards
Prière scoute
La Blanche Hermine

Faire une autre recherche

Je veux recevoir les nouveaux chants dans mes emails

Je m'inscris à la newsletter

Aucun spam, juste des chants

À propos :

Le chant militaire et scout Je t’aime ô ma patrie est une adaptation libre de la Coupo Santo.

Depuis les années 1990, la Coupo Santo, reprise comme hymne par le Rugby club toulonnais (RCT), est interprétée au début de certains matchs de gala joués par le club toulonnais à domicile

En 1867, le poète catalan Don Victor Balaguer, chantre du fédéralisme catalan est arrêté à Barcelone, pour être déporté ; il réussit miraculeusement à passer la frontière avec sa famille et il est accueilli en Provence par Frédéric Mistral et ses amis félibres ; il est dès lors exilé politique protégé par les fédéralistes occitans ; ce qui lui évite une mort certaine dans les terribles geôles espagnoles.

Ses amis catalans, pour remercier les félibres provençaux, font couler une magnifique coupe d’argent massif chez le joaillier Jarry à Paris ; cette coupe fut gravée par l’orfèvre Fulconis, natif de Saint Etienne de Tinée ; lorsqu’il apprend la destination et la raison de cette coupe, Fulconis refuse de se faire payer.

Cette coupe est toujours détenue par le Capoulié du Félibrige et ne sort de son coffre qu’une fois par an pour la fête de Sant Estello, où elle est remplie de vin de Châteauneuf du pape, bu par tous les félibres.

Pour remercier les catalans de ce don royal, Mistral écrit un poème mis sur une musique du 17 ème de Nicolas Saboly.

C’est depuis l’hymne de toute l’Occitanie, des vallées piémontaises jusqu’à l’Atlantique, sur environ 400km de hauteur ; cet hymne, comme tous les hymnes, ne s’applaudit jamais, car il fait référence à des événements dramatiques.

Traduction:

Provençaux, voici la coupe

Qui nous vient des Catalans.

Tour à tour buvons ensemble

Le vin pur de notre cru.

Coupe sainte

Et débordante

Verse à pleins bords,

Verse à flots

Les enthousiasmes

Et l’énergie des forts !

D’un ancien peuple fier et libre

Nous sommes peut-être la fin ;

Et, si tombent les félibres,

Tombera notre nation.

Coupe sainte

Et débordante

Verse à pleins bords,

Verse à flots

Les enthousiasmes

Et l’énergie des forts !

D’une race qui regerme

Peut-être sommes-nous les premiers jets ;

De la patrie, peut-être, nous sommes

Les piliers et les chefs.

Coupe sainte

Et débordante

Verse à pleins bords,

Verse à flots

Les enthousiasmes

Et l’énergie des forts !

Verse nous les espérances

Et les rêves de la jeunesse,

Le souvenir du passé

Et la foi dans l’an qui vient.

Coupe sainte

Et débordante

Verse à pleins bords,

Verse à flots

Les enthousiasmes

Et l’énergie des forts !

Verse-nous la connaissance

Du Vrai comme du Beau,

Et les hautes jouissances

Qui se rient de la tombe.

Coupe sainte

Et débordante

Verse à pleins bords,

Verse à flots

Les enthousiasmes

Et l’énergie des forts !

Verse-nous la Poésie

Pour chanter tout ce qui vit,

Car c’est elle l’ambroisie

Qui transforme l’homme en Dieu.

Coupe sainte

Et débordante

Verse à pleins bords,

Verse à flots

Les enthousiasmes

Et l’énergie des forts !

Pour la gloire du pays

Vous enfin qui êtes consentants nos alliés,

Catalans, de loin, oh frères,

Tous ensemble communions !

Coupe sainte

Et débordante

Verse à pleins bords,

Verse à flots

Les enthousiasmes

Et l’énergie des forts !