La fille de la Recouvrance

Merci au contributeur : Rose G

PAROLES

La quête

l’application au service
de votre église

Nous offrons ce service*

Comment ça marche ?

  • S’inscrire
  • Indiquer ses coordonnées bancaires
  • Choisir sa paroisse
  • Faire un don pour la quête

Je suis l’actualité
de ma paroisse et de mon diocèse

Je suis les lectures du dimanche
de ma paroisse et de mon diocèse

Paiement

100% sécurisé

RGPD

Stripe

Toutesles cartes

https://

* Nous offrons totalement ce service à l’Eglise, seule la banque prends des micro commissions

Certifiée par le Diocèse

Déploiement

51 diocèses

6000 églises déjà présentes !

Lire la vidéo

Ils parlent de nous

Partagez ce chant : 

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur linkedin
LinkedIn

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Les plus vus

Debout les gars
Dans les Hussards
Prière scoute
La Blanche Hermine

Faire une autre recherche

Je veux recevoir les nouveaux chants dans mes emails

Je m'inscris à la newsletter

Aucun spam, juste des chants

À propos :

Une chanson extrêmement touchante écrite et composée par Daniel Estève

Des histoires d’écumeurs des mers plein le havresac, des filles comme celle de Recouvrance, il y en a. Dans tous les ports

Le groupe des Marins d’Iroise est donc né en 1992, très exactement, lors d’une première fête brestoise des « Vieux Gréements », devenue fameuse et incontournable au fil des 

différentes éditions. Pour continuer le voyage, ces gars de Brest, anciens de l’arsenal pour beaucoup, au pied marin pour tous, font revivre une tradition qui n’a rien de passéiste. Ils 

chantent pour que les gens sachent qu’un bateau, ça vient ou revient d’ailleurs, que ça repartira bientôt à l’autre bout du monde, vers des rivages plus sucrés, des soleils plus purs ou 

des eaux si froides que la neige s’y pose. 

Parfois, des bateaux n’ont pas la régularité ni la puissance de la mer. Ils ne reviennent jamais. C’est de cette incertitude que naît la force des chants de marins, et rares sont les lieux où tragédie et dérision se mêlent avec autant de vigueur, et d’espièglerie.

D’après un article de Frank Darcel