Du rhum, des femmes

Merci au contributeur : John Deddy

PAROLES

CANTO

mon carnet de chants

Les chants traditionnels et populaires de France

Comment ça marche ?

  • Je m’inscris
  • J’indique mes coordonnées bancaires
  • Je choisis ma paroisse
  • Je fais un don pour la quête

Je suis l’actualité
de ma paroisse et de mon diocèse

Je suis les lectures du dimanche

Paiement

100% sécurisé

RGPD

Stripe

Toutes les cartes

https://

* Nous offrons totalement ce service à l’Eglise, seule la banque prend des micro commissions

Certifiée par le Diocèse

Déploiement

51 diocèses

6000 églises déjà présentes !

Lire la vidéo

Ils parlent de nous

Partagez ce chant : 

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur linkedin
LinkedIn

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Les plus vus

Debout les gars
Dans les Hussards
Prière scoute
La Blanche Hermine

Faire une autre recherche

Je veux recevoir les nouveaux chants dans mes emails

Je m'inscris à la newsletter

Aucun spam, juste des chants

À propos :

Genre musical Rock celtique, chanson bretonne

Années actives Depuis 1988

Labels Coop Breizh, Sony Music

Site officiel soldatlouis.com

Première bordée, premier tube. Nous sommes en 1988 et Soldat Louis décroche le pompon. Les Lorientais vont vendre 750 000 exemplaires de leur premier 45 tours dont l’histoire débute de manière… improbable. 

L’histoire commence à l’heure de boucler le premier album. « Au départ, on avait 8 titres sous le coude, la maison de disques en voulait 9, raconte aujourd’hui Soldat Louis, Quand on débute, on s’exécute, alors on s’est remis au travail. Et « Du rhum, des femmes » a vu le jour ».

La chanson raconte le blues du matelot, la solitude des jours de mer, les soifs de mutinerie, et plus si affinités. Pour l’inspiration, sur les quais de Lorient, Gary Wicknam n’a eu qu’à se baisser pour ramasser. Le disque va faire un carton.  

Mais le succès populaire de ce 45 tours à la connotation festive et égrillarde va modifier la tonalité des critiques. Considérés à la sortie de leur album comme les révélations du rock francais, les Lorientais vont désormais se faire allumer : « Chanson à boire, chanson macho etc ».

Soldat Louis va laisser passer l’orage : « on aimait bien faire la fête, mais c’était mal nous connaître que de nous réduire à un groupe de pochtrons. Il suffisait d’écouter l’album. Et puis, ajoutent les bretons, nos concerts nous ont rassuré. On avait un public très féminin, et les filles prenaient « Du Rhum, des femmes » au deuxième degré, parce que c’était juste une chanson à prendre au deuxième degré. Ceux qui n’avaient pas compris ça n’avaient pas compris grand chose. »

Source : https://france3-regions.francetvinfo.fr/