Quinze marins

Merci au contributeur : Lance G

PAROLES

La quête

l’application au service
de votre église

Nous offrons ce service*

Comment ça marche ?

  • Je m’inscris
  • J’indiquer mes coordonnées bancaires
  • Je choisis ma paroisse
  • Je fais un don pour la quête

Je suis l’actualité
de ma paroisse et de mon diocèse

Je suis les lectures du dimanche

Paiement

100% sécurisé

RGPD

Stripe

Toutesles cartes

https://

* Nous offrons totalement ce service à l’Eglise, seule la banque prends des micro commissions

Certifiée par le Diocèse

Déploiement

51 diocèses

6000 églises déjà présentes !

Lire la vidéo

Ils parlent de nous

Partagez ce chant : 

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur linkedin
LinkedIn

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Les plus vus

Debout les gars
Dans les Hussards
Prière scoute
La Blanche Hermine

Faire une autre recherche

Je veux recevoir les nouveaux chants dans mes emails

Je m'inscris à la newsletter

Aucun spam, juste des chants

À propos :

Quinze marins ou Dead Man’s Chest (nom original en anglais) est une chanson de marin dont la création a été initié par Robert Louis Stevenson dans son roman de L’île au trésor (1883). 

L'île au trésor publié en 1883

Il a été, par la suite, développé dans un poème intitulé Derelict de Young E. Allison, publié dans le Courrier-Journal de Louisville en 1891. Il a depuis été utilisé dans de nombreuses œuvres postérieures sous diverses formes, dont une interprétation par Michel Tonnerre.

Cette chanson de marin est fictive, dans ce sens, elle est apparue pour la première fois dans une œuvre de fiction et non une chanson de mer authentique. Cependant, cela ne signifie pas que la chanson n’a pas été chantée plus tard par de vrais marins.

Dans L’île au trésor, édité en 1883, Stevenson n’a écrit que le refrain, laissant le reste de la chanson non écrit, et à l’imagination du lecteur :

Fifteen men on the dead man’s chest

Yo-ho-ho, and a bottle of rum ! 

Drink and the devil had done for the rest

Yo-ho-ho, and a bottle of rum !

Avec une variante de fin :

But one man of her crew alive,

What put to sea with seventy-five.

Stevenson ne précise pas si ces deux vers font partie de Dead Man’s Chest ou d’une autre chanson totalement fictive. Quoi qu’il en soit, les mots des paroles aident à faire avancer le scénario.

En 1970, Michel Tonnerre fait une reprise de la chanson en français devenu un tube dansl’univers du chant de marin.