La Laitière et le Pot au Lait

Merci au contributeur : Capucine Viguier

PAROLES

La quête

l’application au service
de votre église

Certifiée par le Diocèse

Comment ça marche ?

  • S’inscrire
  • Indiquer ses coordonnées bancaires
  • Choisir sa paroisse
  • Faire un don pour la quête

Je suis l’actualité
de ma paroisse et de mon diocèse

Je suis les lectures du dimanche
de ma paroisse et de mon diocèse

Paiement

100% sécurisé

RGPD

Stripe

Toutesles cartes

https://

Nous offrons totalement ce service à l’Eglise, seule la banque prends des micro commissions

Déploiement

34 diocèses

Plus de 5000 églises déjà présentes !

Lire la vidéo

Ils parlent de nous

tous droits réservés @obole-digitale 2016-2019
Mentions légales

Partagez ce chant : 

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur linkedin
LinkedIn

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Les plus vus

Debout les gars
Dans les Hussards
Prière scoute
La Blanche Hermine

Faire une autre recherche

Je veux recevoir les nouveaux chants dans mes emails

Je m'inscris à la newsletter

Aucun spam, juste des chants

À propos :

La fable « La Laitière et le Pot au Lait » appartient au second recueil de Jean de la Fontaine, paru en 1678 et dédicacé à Madame de Montespan. Le poète s’inspire d’une nouvelle de l’auteur Bonaventure des Périers.

Ici, pas d’animal. Le fabuliste met en scène une jeune paysanne, la laitière Perrette, se rendant en ville dans l’espoir de faire profit.

Derrière cette histoire se cache un débat philosophique important du XVIIème siècle, celui de la puissance de l’imagination. 

Les rêveries de Perrette s’opposent à la réalité, créant un décalage comique. La Fontaine prône le retour à la simplicité et blâme les chimères.

Jean de La Fontaine

La Fontaine est aujourd’hui le plus connu des poètes français du XVIIe siècle, et il fut en son temps, sinon le plus admiré, du moins le plus lu, notamment grâce à ses Contes et à ses Fables

Styliste éblouissant, il a porté la fable, un genre avant lui mineur, à un degré d’accomplissement qui reste indépassable. 

Moraliste, et non pas moralisateur, il pose un regard lucide sur les rapports de pouvoir et la nature humaine, sans oublier de plaire pour instruire.