Complainte de Louis-Marie Jossic

Merci au contributeur : Corto Maltese

PAROLES

Comme un goéland seul dans la tempête

Mon cœur va contre le vent

N’oun pe drouk enni soskoet (Je ne sais quel mal m’a frappé)

Pa’m eus taolet troad aman (Lorsque j’ai mos les pieds ici.)

Le savais-tu, pauvre Louis-Marie

En t’engageant pour cinq ans ?

C’est pour noyer malheurs et soucis

Qu’un marin chante son chant.

Hé-hé-oh…

Jeune apprenti à hisser la misaine,

Je n’ai que peine à peine encore.

Ma daeroù takeen (Mes larmes goutte à goutte)

A gouezh goustadik er mor. (Tombent lentement dans la mer)

A Brest à bord de la Bretagne,

Qu’on dit être un bagne flottant,

Il n’est que coups, maladie et drame,

Et mépris du commandant.

Hé-hé-oh…

Dites à mes sœurs, dites à mes deux frères,

Toujours mon cœur reste à Lavau ;

Ne dites rien à mon père, ma mère

Sur le sort des matelots.

Hé-hé-oh…

Partagez ce chant : 

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur linkedin
LinkedIn

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Les plus vus

Debout les gars
Dans les Hussards
Prière scoute
La Blanche Hermine

Faire une autre recherche

Je veux recevoir les nouveaux chants dans mes emails

Je m'inscris à la newsletter

Aucun spam, juste des chants

À propos :

Mis en forme et chanté par les Marins d’Iroise

LA COMPLAINTE DE LOUIS-MARIE JOSSIC

Dernier grand vaisseau de ligne en bois lancé en 1855, le trois-mâts la Bretagne fut rapidement dépassé par les évolutions de la guerre moderne et sa mission la plus mémorable fut d’accueillir à son bord en 1858 Napoléon III, l’Impératrice Eugénie et la Reine Victoria en visite officielle. 

Dès 1865, le bâtiment fut ancré en rade de Brest pour y devenir le navire-école des novices et apprentis marins.

Les journées y étaient souvent épuisantes. C’est sans doute à son bord que fut composée par l’un de ses pensionnaires la célèbre complainte la triste vie du matelot, interdite dans la marine nationale au même titre que plus tard le déserteur de Boris Vian dans l’armée française.

Louis-Marie Jossic, né à Lavau-sur-Loire en 1859, fit ses classes à bord de la Bretagne en 1880-1881. Engagé volontaire pour cinq ans, il préféra, au terme de cet engagement,retourner à la vie civile comme tailleur de pierre.

L’air de la chanson est emprunté à une complainte de Basse-Bretagne : kimiad ar martelod yaouank (les adieux du jeune marin).