Chant de l’oignon

Merci au contributeur : Ghislain Dousset

PAROLES

    J’aime l’oignon frit à l’huile,

    J’aime l’oignon car il est bon.

    J’aime l’oignon frit à l’huile,

    J’aime l’oignon, j’aime l’oignon.

  Au pas camarades, au pas camarades,

Au pas, au pas, au pas,

Au pas camarades, au pas camarades,

Au pas, au pas, au pas.

    Un seul oignon frit à l’huile,

    Un seul oignon nous change en Lion,

    Un seul oignon frit à l’huile,

    Un seul oignon un seul oignon

 Au pas camarades, au pas camarades,

Au pas, au pas, au pas,

Au pas camarades, au pas camarades,

Au pas, au pas, au pas.

    Mais pas d’oignons aux Autrichiens,

    Non pas d’oignons à tous ces chiens,

    Mais pas d’oignons aux Autrichiens,

    Non pas d’oignons, non pas d’oignons

 Au pas camarades, au pas camarades,

Au pas, au pas, au pas,

Au pas camarades, au pas camarades,

Au pas, au pas, au pas.

    Aimons l’oignon frit à l’huile,

    Aimons l’oignon car il est bon,

    Aimons l’oignon frit à l’huile,

    Aimons l’oignon, aimons l’oignon

  Au pas camarades, au pas camarades,

Au pas, au pas, au pas,

Au pas camarades, au pas camarades,

Au pas, au pas, au pas.

Partagez ce chant : 

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur linkedin
LinkedIn

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Les plus vus

Debout les gars
Dans les Hussards
Prière scoute
La Blanche Hermine

Faire une autre recherche

Je veux recevoir les nouveaux chants dans mes emails

Je m'inscris à la newsletter

Aucun spam, juste des chants

À propos :

Le Chant de l’oignon est un chant militaire anonyme français du Premier Empire. C’était un des airs favoris des grenadiers de la Garde Impériale.

Le thème de cette chanson est cité, à la note près, par l’appel des cors dans l’ouverture de l’opéra d’Etienne Nicolas Mehul « La chasse du jeune Henri » créé le 1er mai 1797 salle Favart à Paris. En raison du succès et de la popularité de la Chanson de l’Oignon au début du XIXe siècle, il semble donc fort probable que Méhul en soit l’auteur.

La légende veut que le chant soit né peu avant la bataille de Marengo le 14 juin 1800. Bonaparte aperçoit des grenadiers qui frottent vigoureusement une croûte de pain. « — Que diable frottez-vous donc sur votre pain? leur demanda-t-il. – C’est de l’oignon, mon général. – Ah ! Très bien, il n’y a rien de meilleur pour marcher d’un bon pas sur le chemin de la gloire ».

source: wikipédia