Air des Chevaliers

Merci au contributeur : Riwal

À propos :

Réécriture en français moderne d’un passage du Perceval de Chretiens de Troyes.

Partager ce chant :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur linkedin
LinkedIn

Paroles :

Choer:

Et moult grand noise démenalt

les armes de ceux qui venait,

et souvent heurtaient aux armes

les branches des chenes et de charmes.

Sonnait le bois, sonnait le fer

des écus et des hauberts.

Sonnait le bois, sonnait le fer

des écus et des hauberts.

Perceval:

Il s’émerveille et dit:

Par mon arme, vrai me dit ma mère da dame

qui me dit que les diables sont choses

plus effrayantes du monde.

Elle dit pour moi enseigner

que pour eux se doit-on signer,

mais jamais ne me signerai

cet einseignement dédaignerai.

ET QUAND IL LES VIT EN APERT

Perceval:

Et quant il les vit en apert

que du bois furent découverts,

il vit les hauberts frémissants

et les heaumes clairs et luisants

et vit le vert et le vermeil

reluire contre le soleil

et l’or et l’azur et l’argent,

si lui fut moult très bel et gent.

Et dit: Biaux Sire Dieu, merci

ce sont anges qui je vois ci.

Et vrai or ai-je moult péché,

qui dit que c’était des diables.

Ne me dit pas ma mère fable

qui me dit que les anges sont

les plud belles choses qui sont,

Hors Dieu qui est plus bel que tout. 

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Les plus vus

Je veux recevoir les nouveaux chants dans mes emails

Je m'inscris à la newsletter

Aucun spam, juste des chants

Chants similaires