L’Ivrogne et sa femme

Merci au contributeur : Louis Jo

PAROLES

Chacun a son défaut, où toujours il revient :

            Honte ni peur n’y remédie.

        Sur ce propos, d’un conte il me souvient :

            Je ne dis rien que je n’appuie

        De quelque exemple. Un suppôt (1) de Bacchus

Altérait sa santé, son esprit et sa bourse.

Telles gens n’ont pas fait la moitié de leur course

            Qu’ils sont au bout de leurs écus.

Un jour que celui-ci, plein du jus de la treille,

Avait laissé ses sens au fond d’une bouteille,

Sa femme l’enferma dans un certain tombeau.

            Là, les vapeurs du vin nouveau

Cuvèrent à loisir. A son réveil il treuve

L’attirail de la mort à l’entour de son corps :

            Un luminaire, un drap des morts.

Oh! dit-il, qu’est ceci ? Ma femme est-elle veuve ?

Là-dessus, son épouse, en habit d’Alecton (2),

Masquée et de sa voix contrefaisant le ton,

Vient au prétendu mort, approche de sa bière,

Lui présente un chaudeau (3) propre pour Lucifer.

L’époux alors ne doute en aucune manière

            Qu’il ne soit citoyen d’enfer.

Quelle personne es-tu ? dit-il à ce fantôme.

            La cellerière (4) du royaume

De Satan, reprit-elle ; et je porte à manger

            A ceux qu’enclôt la tombe noire.

            Le mari repart sans songer :

            Tu ne leur portes point à boire ?

(1) Ici, les suppôts de Bacchus sont les ivrognes

(2) l’une des Furies, Divinités de la vengeance

(3) bouillon chaud

(4) dans un couvent, religieux(se) responsable des réserves de nourriture

Partagez ce chant : 

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur linkedin
LinkedIn

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Les plus vus

Debout les gars
Dans les Hussards
Prière scoute
La Blanche Hermine

Faire une autre recherche

Je veux recevoir les nouveaux chants dans mes emails

Je m'inscris à la newsletter

Aucun spam, juste des chants

À propos :

La fable « L’Ivrogne et sa femme » est une réécriture du conte « La femme et l’Ivrogne » de l’écrivain grec Ésope.

Jean de La Fontaine cherche à démontrer qu’il ne sert à rien de vouloir détourner l’Homme de ses vices (ici, l’alcool), puisqu’il y reviendra quoiqu’il arrive.

La femme est totalement impuissante face à la dépendance de son époux.

La morale située dès le début de la fable fait comprendre au lecteur que la femme échouera. On remarque alors un certain pessimiste de la part du poète qui défend la thèse qu’aucun Homme ne peut changer face à ses travers.

Jean de La Fontaine

La Fontaine est aujourd’hui le plus connu des poètes français du XVIIe siècle, et il fut en son temps, sinon le plus admiré, du moins le plus lu, notamment grâce à ses Contes et à ses Fables

Styliste éblouissant, il a porté la fable, un genre avant lui mineur, à un degré d’accomplissement qui reste indépassable. 

Moraliste, et non pas moralisateur, il pose un regard lucide sur les rapports de pouvoir et la nature humaine, sans oublier de plaire pour instruire.