En calan de Cimiés

Nom de l’auteur : EG

À propos :

Ecrite dans les années 1930, elle serait inspirée d’un fait divers. En effet, un homme aurait supris sa fiancée en plein adultère durant la fête et aurait ôté la vie de sa belle. L’auteur, Jouan Nicola est porteur de la cigale d’argent du Félibrige grâce au titre de « mestre en Gai Sabé » (maître en gai-savoir).

Traduction

En descendant de Cimiez (1)

Je suis un gros malheureux,

Écoutez jeunes gens !

J’ai été amoureux,

J’ai eu une aventure.

Un jour, aux Cougourdons (2),

J’ai gâché ma vie

Depuis l’abandon

De ma Marguerite.

En descendant de Cimiez,

Sous un figuier

J’ai rencontré Honoré

Avec ma calînée (3).

Cela, c’est le destin

Que le bon Dieu nous donne.

J’ai pris le fusil,

J’ai tué la petite.

Et depuis ce jour,

Je pense à l’infidèle

En regrettant toujours

Sa fin si cruelle.

Sur les prés de Cimiez

Je vais, portant ma peine,

Pleurant sur le malheur

Où le destin nous conduit.

(1) Occupé depuis le I er siècle, tantôt préfecture romaine, siège d’évéché et lieu de culture oléicole, situé sur les hauteurs de la ville, devient à partir du XIX ème, le quartier de résidence privilégié des grandes fortunes de l’aristoratie européenne.

(2) A la fois grande fête et marché aux courges se tenant devant le Monastère (moines fransciscains) de Cimiez jusqu’aux jardins de Cimiez. Les producteurs proposent des courges non-comestibles, vidées et séchées. A l’origine vendue comme gourde ou récipient divers, elle devint petit à petit, objet de décoration. La fête des cougourdons était fêtée à partir du 25 mars, jour de l’Annonciation, aujourd’hui, elle se déroule le dernier dimanche de mars.

(3) Sous-entendu « ma bien-aimée ».

Partager ce chant :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur linkedin
LinkedIn

Paroles :

Siéu un gros malurous,

Escoutas jouventura,

Siéu estat amourous,

N’ai aigut d’aventura.

 

Un jour ai cougourdoun,

Ai gastat la miéu vida,

Despi de l’abandoun,

De la mieu Margarida.

 

En calant de Cimiez,

Souta d’una figuiera,

Ai rescountrat Nouré,

‘Mé la miéu calignera.

 

Aco-t-es un destin,

Que lou bouan Diéu nen douna,

Ai pilhat lou fusiéu,

Ai tuat la pichouna.

 

E despi d’aquéu jour,

Pensi à l’infidèla,

En regretant toujour,

La sieu fin tant crudèla.

 

En lu prat de Cimiez,

Vau pourtant la mieu pena,

En plourant lou malur,

Doun lou destin nen mena.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Les plus vus

Je veux recevoir les nouveaux chants dans mes emails

Je m'inscris à la newsletter

Aucun spam, juste des chants

Chants similaires