Te souviens tu ?

Merci au contributeur : Jean Desbois

À propos :

Te souviens-tu ? est une des plus fameuses chansons du goguettier Émile Debraux, chantée sur un air de Joseph-Denis Doche. Datant de 1817, elle contribua à la célébrité de son auteur.

Elle évoque de façon poignante les souvenirs d’un ancien officier de la Grande Armée qui rencontre un vétéran, simple soldat qui mendie son pain et qui jadis lui a sauvé la vie au combat.

L’allusion à la mendicité fait aussi référence ici à ce que les anciens « grognards » obtinrent après la fin du Premier Empire l’autorisation de mendier si besoin est pour subvenir à leurs besoins, la mendicité étant sinon à l’époque un délit réprimé.

Cette chanson est parfois citée sous le nom de T’en souviens-tu ? ou Souvenir d’un vieux militaire.

L’air de « Te souviens tu? » a aussi été repris lors de la Commune de Paris dans la chanson satirique Paris pour un beefsteak.

Source : wiki

Partager ce chant :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur linkedin
LinkedIn

Paroles :

1

Te souviens-tu, disait un capitaine

Au vétéran qui mendiait son pain,

Te souviens-tu qu’autrefois dans la plaine,

Tu détournas un sabre de mon sein ?

Sous les drapeaux d’une mère chérie,

Tous deux jadis nous avons combattu ;

Je m’en souviens, car je te dois la vie :

Mais, toi, soldat, dis-moi, t’en souviens-tu ?

2

Te souviens-tu de ces jours trop rapides,

Où le Français acquit tant de renom !

Te souviens-tu que sur les pyramides,

Chacun de nous osa graver son nom ?

Malgré les vents, malgré la terre et l’onde,

On vit flotter, après l’avoir vaincu,

Nos étendard sur le berceau du monde :

Dis-moi, soldat, dis-moi, t’en souviens-tu ?

3

Te souviens-tu que les preux d’Italie

Ont vainement combattu contre nous ?

Te souviens-tu que les preux d’Ibérie

Devant nos chefs ont plié les genoux ?

Te souviens-tu qu’aux champs de l’Allemagne

Nos bataillons, arrivant impromptu,

En quatre jours ont fait une campagne :

Dis-moi, soldat, dis-moi, t’en souviens-tu ?

4

Te souviens-tu de ces plaines glacées

Que les Français, abordaient en vainqueur,

Et sur leurs fronts les neiges amassées

Glacer leurs corps sans refroidir leurs cœurs ?

Souvent alors, au milieu des alarmes,

Nos pleurs coulaient, mais notre œil abattu

Brillait encore lorsqu’on volait aux armes

Dis-moi, soldat, dis-moi, t’en souviens-tu?

5

Te souviens- tu qu’un jour notre patrie

Vivante encore descendit au cercueil,

Et que l’on vit, dans Lutèce flétrie,

Les étrangers marcher avec orgueil ?

Garde en ton cœur ce jour pour le maudire,

Garde en ton cœur ces voix qui se sont tues,

Qu’un chef jamais n’ait besoin de te dire :

Dis-moi, soldat, dis-moi, t’en souviens-tu ?

6

Te souviens-tu ?… Mais ici ma voix tremble,

Car je n’ai plus de noble souvenir ;

Bientôt, l’ami, nous pleurerons ensemble,

En attendant un meilleur avenir.

Mais si la mort, planant sur nos chaumière,

Me rappelait le repos qui m’est dû,

Tu fermeras doucement ma paupière,

En me disant Soldat, t’en souviens-tu ?

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Les plus vus

Je veux recevoir les nouveaux chants dans mes emails

Je m'inscris à la newsletter

Aucun spam, juste des chants

Chants similaires