Aux Plaines de Fontenoy

Merci au contributeur : Eric

À propos :

1745

Célèbre victoire française, qui est surtout connue pour la célèbre réplique « Messieurs les Anglais, tirez les premiers! ». 

Le maréchal de Saxe, qui commandait les troupes française, n’est autre que le grand-père de Aude Dudevant, plus connue sous le nom de George Sand !

Rappel historique

Dans le cadre de la guerre de Succession d’Autriche, l’armée de Louis XV, menée par le maréchal Adrien Maurice de Noailles, envahit en mai 1744 les Pays-Bas autrichiens et s’empara rapidement des places de Menin, Ypres, du fort de La Kenoque et de Furnes.

Placée sous le commandement du maréchal Maurice de Saxe, l’armée française entama l’année suivante le siège de la ville de Tournai, importante place militaire verrouillant la vallée de l’Escaut. Sa défense est assumée par une garnison hollandaise, commandée en 1745 par le baron Johan Adolf Van Dorth (1661-1747) et groupant 11 bataillons d’infanterie et 3 escadrons de cavalerie. Sous le couvert d’une diversion lancée vers Mons, le maréchal de Saxe rabattit le gros de son armée vers Tournai qui fut totalement investie le 26 avril 1745.

Leurrés par la diversion française, les généraux alliés rassemblèrent dans la précipitation leurs effectifs près de Bruxelles et se mirent d’abord en route le 30 avril 1745 vers Mons avant finalement d’obliquer leur marche vers Tournai.

Arrivé le 8 mai à la tête de l’armée, le roi Louis XV établit dans l’après-midi du 9 mai 1745 ses quartiers au château de Curgies, à Calonne, sur la rive gauche de l’Escaut, à quelque 2 kilomètres de Fontenoy.

Source : wiki 

Partager ce chant :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur linkedin
LinkedIn

Paroles :

1

J’ons vu le poëm’ fringant

Fait par ce maître Voltaire

Quoiqu’il ait de l’esprit tant

Est-ce que nous devons nous taire ?

Pour briller tout comme lui

Je n’avons qu’à chanter Louis. (bis)

2

Aux plaines de Fontenoi,

Si t ‘avois vu ce monarque,

Son air inspirait l’effroi

Sembloit commander à la Parque

Ses ennemis crioient tous ;

Le voilà, morbleu, sauvons-nous. (bis)

3

On voyait aussi partout

Le mari de la Dauphine ;

De son Père il a le goût,

La bonté, le coeur et la mine

C’est grand bien d’être Papa

Quand on a des Enfans comm ça. (bis)

4

Et toi brave Maréchal,

Toi de Saxe le grand Comte,

Si l’on trouvoit ton égal,

Je dirois, bon que chien de Comte,

Car je n’y vois que ce Roi

Qui puisse l’emporter sur toi (bis)

5

Vous aussi, braves guerriers

Colonels et capitaines,

Et vous autres officiers,

Cueilleurs de lauriers par centaines,

J’dirai ce qui vous convient,

Mais un moment. Voilà, ça vient ! (bis)

6

Les Anglais à leurs dépens

Connoissent votre courage,

A tous vos coups foudroyans

En vain ils opposoient leur rage ;

Ceux qu’échappent à l’armement

Sont contraints de ficher le camp. (bis)

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Les plus vus

Je veux recevoir les nouveaux chants dans mes emails

Je m'inscris à la newsletter

Aucun spam, juste des chants

Chants similaires