Hymne à la Joie

Merci au contributeur : Marine P.

À propos :

Auteur/compositeur : Ludwig Van Beethoven (Symphonie nº 9)

Ce texte, en français, est celui que l’on trouve le plus souvent. 

On le doit à Joseph Folliet

C’est la version qui a été choisie pour la version française de l’hymne européen.

Le 5 mai 1972, le nouvel hymne européen est diffusé sur 50 radios accompagné d’un message en 13 langues différentes. C’est l’Ode à la joie de Beethoven, tirée du final de sa 9e symphonie.

Quand Beethoven termine sa 9e symphonie en 1824, il a 54 ans et meurt trois ans plus tard. Mais ce n’est pas vraiment son chant du cygne : des esquisses de cette symphonie ont été retrouvées dans des brouillons datant de 1811. Quant à l’Ode à la Joie, de Schiller, on sait que dès ses 23 ans, en 1793, Beethoven veut le mettre en musique et l’inclure dans une grande œuvre symphonique. Il se tourne vers la forme de l’hymne patriotique.

Pour composer son hymne, il reprend les codes qui sont disponibles à son époque, à savoir le caractère solennel de l’hymne anglais God Save the King, qui prend le temps de poser chacun des mots, chacune des notes. Et pour la mélodie, qui monte et descend comme une arche, son inspiration puise dans la Marseillaise.

Il y a tout pour faire un hymne dans la mélodie de l’Ode à la Joie : une mélodie simple, d’apparence populaire, facile à chanter, et un rythme qui facilite l’application des paroles avec un tempo proche de la marche militaire. Enlevez les paroles, et vous avez une musique qui tient glorieusement debout.

Cet hymne connaît un succès considérable et est utilisé par tous les mouvements politiques. En juillet 1971, le Conseil de l’Europe adopte l’Ode à la joie comme nouvel hymne européen. La réalisation musicale est alors confiée au chef d’orchestre Herbert von Karajan.

Partager ce chant :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur linkedin
LinkedIn

Paroles :

HYMNE A LA JOIE (ODE A LA JOIE)

Joie discrète, humble et fidèle

Qui murmure dans les eaux

Dans le froissement des ailes

Et les hymnes des oiseaux.

Joie qui vibre dans les feuilles

Dans les prés et les moissons

Nos âmes blanches t’accueillent

Par de naïves chansons.

Tous les hommes de la terre

Veulent se donner la main

Vivre et s’entraider en frères

Pour un plus beau lendemain,

Plus de haine, plus de frontière,

Plus de charniers sur nos chemins

Nous voulons d’une âme fière

Nous forger un grand destin.

Que les peuples se rassemblent

Dans une éternelle foi

Que les hommes se rassemblent

Dans l’égalité des droits.

Nous pourrons tous vivre ensemble

La charité nous unira

Que pas un de nous ne tremble

La fraternité viendra.

Joie immense, joie profonde,

Ombre vivante de Dieu

Abats-toi sur notre monde

Comme un aigle vient des cieux.

Enserre dans ton étreinte

La tremblante humanité

Que s’évapore la crainte

Que naisse la liberté.

Joie énorme, joie terrible,

Du sacrifice total

Toi qui domptes l’impossible,

Et maîtrises le fatal.

Joie sauvage, âpre et farouche,

Cavalière de la mort

Nous soufflons à pleine bouche

Dans l’ivoire de ton cor.

Joie qui monte et déborde,

Tu veux nos cœurs, les voilà.

Et nos âmes sont les cordes

Où ton archet passera.

Que ton rythme nous emporte

Aux splendeurs de l’Eternel

Comme un vol de feuilles mortes,

Que l’orage entraîne au ciel.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Les plus vus

Je veux recevoir les nouveaux chants dans mes emails

Je m'inscris à la newsletter

Aucun spam, juste des chants

Chants similaires