Iruñeko ferietan

Merci au contributeur : Paulo

À propos :

Aux foires de Pampelune,

Aux dernières (fêtes de la) Saint-Firmin,

Cent chevaux sont arrivés d’Andalousie, en troupe,

J’avais là un beau marché,

Alors qu’ils se trouvaient sur deux rangs.

Il y en avait un avec un museau blanc

J’ai jeté mon dévolu sur lui

L’andalou me demanda deux pièces d’or

Dès que je lui en ai proposé la moitié

“Prends le, il est à toi”

Me voilà, là-bas, tout attrapé

Regrettant mon offre

Si j’avais eu au moins l’espace de trois brebis pour m’éloigner… !

J’étais entouré d’hommes,

Comme emprisonné

Seigneur, dieu du ciel !

Qu’est ce qui m’as amené ici ?

Un andalou ayant fait 7 ans de prison

me demandait sèchement :

“donnes-moi ce que tu m’as promis”.

“Monsieur, je veux payer,

mais d’abord vérifier”.

“Tu n’as pas de temps pour étudier le cheval,

payes d’abord ton compte,

tu l’étudieras ensuite”.

J’étais, là bas, dans une place pleine,

Au milieu de beaucoup de gens :

J’imaginais dans ce moment difficile

Que dans un autre lieu, j’aurais

poignardé cet homme.

Une fois donné le compte,

Les gens se sont calmés.

Par la muselière, je pris cette jument boiteuse.

Une fois donné ce que je devais,

J’ai quitté les lieux.

Après avoir laissé la belle route,

J’ai emprunté les bordures de forêts

Le cheval avait perdu un fer et un oeil

Il changeait souvent de musique,

en toussant et en pétant.

A la frontière de Belategi,

Je passais sans difficulté;

Je suis arrivé comme je pouvais à la rivière Urdazubi.

Le cheval tomba dans un trou d’eau,

Je le sortis avec les cordes.

Tôt dans la matinée,

J’arrivais à la maison

Ma femme est venue à la porte d’entrée avec de la lumière.

Elle se mit à étudier la jument,

Car elle n’était pas trop contente.

“En voilà une jument menue,

et vieille en plus,

C’est dans ça que tu as employé ce dont avait besoin la famille ?

Je vendrais pour deux sous

Le cheval et le mari !”

“Tais-toi, femme;

Que le cheval ne s’en aille pas !

Le corbeau et le vautour surveillent par la porte,

Éteins, s’il te plaît, la lumière,

qu’ils ne viennent pas ici”

“Tais-toi toi aussi,

sans raconter de mensonges,

Parce qu’il n’y a pas de corbeau et de vautour à la porte,

1)Nous sommes nous aussi

Propriétaires d’une belle étoffe.

Ceux qui l’avaient vu au marché,

Voulaient me l’acheter;

Je commençais à négocier, mais ils ne m’en donnaient pas assez;

Je ne l’avais cédé,

Elle devra donner un petit.

Le petit qui va naître,

Femelle ou mâle,

J’en prendrais soin, portrait craché de sa mère;

S’il devenait grand,

Quel cheval de valeur il ferait !!

Partager ce chant :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur linkedin
LinkedIn

Paroles :

Iruñeko ferietan

Iragan San Ferminetan,

Ehun zaldi arribatu Andaluziatik tropan;

Merkatu eder bat zautan,

Zaudelarik bi lerrotan.

Bat zen pikarta-xuria;

Hartan bota dut begia.

Andaluzak egin zautan bi untz-urreren galdia,

Eskain orduko erdia,

«Harzak, hire duk zaldia».

Han nintzen harrapatua,

Aginduaz dolutua:

Urruntzeko izan banu hirur arditen lekua…!

Gizonez inguratua,

Iduri preso hartua.

Zeruko Jainko Jaun ona!

Zerk ekarri nu ni huna?

Andaluz bat zazpi urtez presondegian egona,

Laburzki mintzo zautana:

«Konda niri hitzemana».

«Jauna, nahi dut pagatu,

Bainan lehenik miratu».

«Zaldiaren miratzeko denborarikan ez duzu;

Orai soma kondazazu,

Gero miratuko duzu».

Han nintzan plaza betean,

Jende ainitzen artean:

Gogoeta hau egin nuen orduko estremitatean:

Bertze nunbait pasa niro

Jaun hori puñal batean.

Eman orduko kondua,

Eztitzen hasi mundua.

Garistutik hartu nuen delako behor mainkua,

Emanik behar dirua,

Hustu bainuen lekua.

Utzirik bide ederra,

Hartu dut oihan bazterra:

Zaldia nuen desferra, begi batetik okerra:

Usu soinatzen kitarra,

Uztularekin uzkerra.

Belategiko bentetan

Pasatu nintzan andetan;

Ahal bezala arribatu Urdazubiko errekan.

Zaldia sartu partetan,

Atera nuen kordetan.

Nunbaitik argi aldera,

Arribatzen niz etxera.

Nere endrea etorri zaut argiarekin atera;

Jarri behorrari beha,

Ez baitzen kontent sobera.

«Horixe da behor txarra,

Eta bertzalde xaharra,

Hortan gastatu dautazu familiako beharra?

Bi sosetan sal nintzazke

Zaldia eta senarra!».

«Ixilik zaude, andrea;

Joan ez dakidan zaldia!

Bele eta arranoak bortatik daude guardia,

Otoi, hil zazu argia,

Hunat ez diten abia».

«Ixilik zaude zu ere,

Gezurrik kondatu gabe,

Bele eta arranorik bortan ez baita batere:

Eginak gira gu ere

Estofa on baten jabe».

Plazan zutenean ikusi,

Nahi zautaten erosi;

Tratuan bainitzen hasi, ez zuten emaiten aski;

Ez nuen eskutik utzi,

Ume bat behar du hazi.

Jinen den ume berria,

Behor edo zamaria,

Eginen baitut guardia, denez ama iduria;

Heldu bada handia,

Oi zer primako zaldia!

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Les plus vus

Je veux recevoir les nouveaux chants dans mes emails

Je m'inscris à la newsletter

Aucun spam, juste des chants

Chants similaires