Ikusten duzu goizean

Merci au contributeur : Paulo

À propos :

Vous voyez le matin,

Quand le jour se lève,

Au sommet d’une colline,

Une maisonnette à façade blanche

Au milieu de 4 grands chênes,

Un chien blanc à la porte,

Une petite fontaine à côté :

Là je vis en paix.

Bien que ce ne soit pas le château,

J’aime mon lieu de naissance

Choisi par les pères de mes pères :

Hors de la maison, il me semble

Que je suis perdu quelque part :

Comme je naquis là,

Là je quitterai le monde,

Si je ne perds pas la raison.

A la maison, je possède

Aiguillons, pioches, charrues,

Jougs et courroies.

J’ai encore des grains de l’an dernier,

Tous les coins en sont pleins :

Si, comme l’an passé,

La nouvelle donne,

La faim ne nous tuera pas.

Trois vaches pour le champ

Les mamelles gonflées de lait,

Veaux et bouvillons,

Deux grands bœufs, front blanc,

Dos noir, grandes cornes ;

Moutons, tendres agneaux,

Des chèvres et des brebis,

Tous m’appartiennent.

Il n’y a pas dans le monde d’homme

Ni roi, ni prince,

qui soit aussi heureux que moi :

J’ai [une] femme, j’ai [un] fils

J’ai aussi [une] fille.

Bonne santé d’une part,

Assez de fortune d’autre part,

Que me faut-il de plus ?

De bonne heure au travail,

Quand arrive le soir,

Je suis le maître à table :

J’ai pris une bonne chrétienne

En prenant femme :

Ce n’est pas elle qui, un jour maigre,

Mettra par inadvertance

Un os de jambon dans la marmite.

Mon fils Piarres,

Bien qu’encore jeune,

est un garçon éveillé ;

De bon matin aux pâturages,

Il conduit le troupeau.

En suivant ma voie,

Comme il semble le faire,

Il ne perdra pas la maison.

Ma fille Kattalin,

Avec ses onze ans,

S’entend bien avec sa mère :

Elle a, comme elle, les yeux

Bleus comme le fond du ciel,

Je crois qu’avec le temps,

D’après [son] allure actuelle,

Elle fera une bonne maîtresse de maison.

Nous ne devons pas sur terre,

Vivant bien chez nous,

Laisser l’ami dans la faim :

Le nécessiteux ne frappe jamais

A notre porte,

A moins qu’il y ait à table,

A l’heure du repas,

Une place entre nous.

Ma femme Maria

N’est pas une grande dame,

Mais une femme pure :

Pour un baiser, j’ai chez moi

Tout ce dont j’ai besoin.

Je demande la grâce

Comme je l’ai commencée

De finir ma vie.

Partager ce chant :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur linkedin
LinkedIn

Paroles :

Ikusten duzu goizean,

Argia hasten denean,

Menditto baten gainean,

Etxe ttipitto aintzin xuri bat,

Lau haitz handiren erdian,

Xakur xuri bat atean,

Iturrino bat aldean:

Han bizi naiz ni bakean !

Nahiz ez den gaztelua,

Maite dut nik sor-lekua,

Aiten aitek hautatua.

Etxetik kanpo zait iduritzen

Nonbait naizela galdua,

Nola han bainaiz sortua,

Han utziko dut mundua,

Galtzen ez badut zentzua.

Etxean ditut nereak,

Akilo, haitzur, goldeak;

Uztarri eta hedeak;

Jazko bihiez, ditut oraino

Zoko guziak beteak:

Nola iragan urteak

Emaiten badu bertzeak

Ez gaitu hilen goseak.

Landako hirur behiak,

Esnez hanpatu ditiak,

Ahatxe eta ergiak,

Bi idi handi, kopeta zuri,

Bizkar beltz, adar handiak,

Zikiro, bildots guriak,

Ahuntzak eta ardiak,

Nereak dire guziak.

Ez da munduan gizonik,

Erregerik, ez printzerik,

Ni bezain urosa denik;

Badut andrea, badut semea,

Badut alaba ere nik;

Osasun ona batetik,

Ontasun aski bertzetik;

Zer behar dut gehiagorik ?

Goizean hasiz lanean,

Arratsa heldu denean,

Nagusi naiz mahainean;

Giristino bat ona dut hartu:

Nik emaztea hartzean;

Ez du mehe egunean

Sartuko uste gabean

Xingar hezurrik eltzean.

Piarres nere semea,

Nahiz oraino gaztea,

Da mutiko bat ernea;

Goizean goizik basken erdira

Badarama artaldea;

Segituz ene bidea,

Nola baitu egitea,

Ez du galduko etxea.

Ene alaba Kattalin,

Bere hameka urtekin,

Ongi doha amarekin;

Begiak du, amak bezala,

Zeru sola bezain urdin;

Uste dut denborarekin,

Oraiko itxurarekin,

Andre on bat dion egin.

Ez dugu behar lurrean,

Ongi bizirik etxean,

Utziz lagun gosean;

Ez du beharrak sekulan jotzen

Gure etxeko atean,

Non ez duen mahainean,

Otruntza ordu denean.

Leku bat gure artean.

Ene andrea Maria,

Ez da andre bat handia

Bainan andre bat garbia;

Musu batentzat badut etxean

Nik behar dudan guzia:

Gald’egiten dut grazia,

Dudan bezala hasia,

Akabatzeko bizia.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Les plus vus

Je veux recevoir les nouveaux chants dans mes emails

Je m'inscris à la newsletter

Aucun spam, juste des chants

Chants similaires