La Bourguignonne (Joyeux enfants de la Bourgogne)

Nom de l’auteur : Charles Alban S

À propos :

Joyeux enfants de la Bourgogne ou La bourguignonne est une chanson traditionnelle aux origines bourguignonnes. Comme nombre de chansons populaires, la mélodie est simple et répétitive.

Elle commence par le refrain, est poursuivie par une alternance couplets/refrains, et finit sur le refrain répété plusieurs fois. Le troisième et le quatrième couplet sont parfois omis, donnant une version plus courte à chanter.

Joseph Samson l’a harmonisée au début du xxe siècle, dans le cadre de son travail sur les musiques anciennes.

Source : wikipedia

Autre version :

3. Ma femme est aimable

Et sur ses appas,

Quand je sors de table,

Je ne m’endors pas.

Mon humeur est bonne Lorsque je suis plein Et ma Bourguignonne

Jamais ne se plaint.

4. Madère et Champagne

Approchez un peu.

Et vous, crus d’Espagne

Malgré tous votre feu.

L’ami de l’ivrogne

Réclame ses droits,

Devant la Bourgogne,

Saluez trois fois.

5. Puisque tout succombe

Un jour je mourrai

Jusque dans ma tombe

Pourtant je boirai

Je veux dans la terre

Au pied de mon corps

Qu’on mette mon verre

Rempli jusqu’au bord.

Partager ce chant :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur linkedin
LinkedIn

Paroles :

Joyeux enfants de la Bourgogne,

Je n’ai jamais eu de guignon.

Quand je vois rougir ma trogne,

Je suis fier d’être bourguignon.

Et suis fier, et je suis fier,

et je suis fier d’être bourguignon. 

Au pied d’une vigne,

Je naquis un jour.

D’une mère digne,

De tous mes amours.

Depuis ma naissance,

Elle m’a nourri,

En reconnaissance,

Moi je la chéris.

Joyeux enfants de la Bourgogne,

Je n’ai jamais eu de guignon.

Quand je vois rougir ma trogne,

Je suis fier d’être bourguignon.

Et suis fier, et je suis fier,

et je suis fier d’être bourguignon.

Assis sous la treille,

Plus heureux qu’un roi.

Toujours ma bouteille,

À côté de moi.

Jamais je m’embrouille,

Car chaque matin,

Je me débarbouille,

Dans un verre de vin.

Joyeux enfants de la Bourgogne,

Je n’ai jamais eu de guignon.

Quand je vois rougir ma trogne,

Je suis fier d’être bourguignon.

Et suis fier, et je suis fier,

et je suis fier d’être bourguignon.

Madère et Champagne,

Approchez un peu ;

Et vous vins d’Espagne,

Malgré tous vos feux ;

Amis de l’ivrogne,

Réclamez vos droits,

Devant la Bourgogne

Saluez trois fois ! …

Joyeux enfants de la Bourgogne,

Je n’ai jamais eu de guignon.

Quand je vois rougir ma trogne,

Je suis fier d’être bourguignon.

Et suis fier, et je suis fier,

et je suis fier d’être bourguignon.

Ma femme est aimable

Et sur ses appas,

Quand je sors de table

Je ne m’endors pas ;

Je lui dis « Mignonne,

Je plains ton destin ».

Mais ma Bourguignonne,

Jamais ne s’en plaint.

Joyeux enfants de la Bourgogne,

Je n’ai jamais eu de guignon.

Quand je vois rougir ma trogne,

Je suis fier d’être bourguignon.

Et suis fier, et je suis fier,

et je suis fier d’être bourguignon.

Puisque tout succombe,

Un jour je mourrai.

Jusque dans la tombe,

Toujours je boirai.

Je veux que dans la bière,

Où sera mon corps,

On y mette un verre,

Rempli jusqu’au bord.

Joyeux enfants de la Bourgogne,

Je n’ai jamais eu de guignon.

Quand je vois rougir ma trogne,

Je suis fier d’être bourguignon.

Et suis fier, et je suis fier,

et je suis fier d’être bourguignon.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Les plus vus

Je veux recevoir les nouveaux chants dans mes emails

Je m'inscris à la newsletter

Aucun spam, juste des chants

Chants similaires