Le refuge

Merci au contributeur : Guillaume Spenle

PAROLES

Je sais dans la montagne,

Un refuge perdu

Qui se mire dans l’eau claire

Des lacs verts d’Orgélu

Ouvert aux quatre vents

Aux montagnards perdus

Dans la brume et la neige

Comme un port du salut,

Qu’il fait bon s’endormir

Au refuge le soir

Près du feu qui s’éteint

Au pays des isards

Je sais dans la montagne,

Un refuge perdu

Entouré d’asphodèles

De sapins chevelus

Une histoire d’amour

A commencé là-bas

Quand une nuit d’octobre

J’y ai dormi près de toi

Qu’il fait bon s’endormir

Au refuge le soir

Près du feu qui s’éteint

Au pays des isards

Ton cœur est mon refuge,

Et tes yeux sont pour moi

Ces lacs verts ou se mire

Mon bonheur et l’amour,

Et dans ma solitude,

J’y viens chercher souvent

Un soupir qui rassure

Un regard apaisant

Qu’il fait bon s’endormir

Au refuge le soir

Près du feu qui s’éteint

Au pays des isards

Partagez ce chant : 

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur linkedin
LinkedIn

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Les plus vus

Debout les gars
Dans les Hussards
Prière scoute
La Blanche Hermine

Faire une autre recherche

Je veux recevoir les nouveaux chants dans mes emails

Je m'inscris à la newsletter

Aucun spam, juste des chants

À propos :

Edmond Duplan est un auteur-compositeur-interprète, né le 20 septembre 1930 à Pouzac, dans les Hautes-Pyrénées

« Artiste populaire et troubadour bagnérais qui se qualifie de « chanteur pyrénéen » tout en renouvelant largement ce genre traditionnel », il s’exprime dans un « registre chaleureux, direct, entraînant ». 

Les paysages et les hommes des Pyrénées sont au cœur de son répertoire, tant en français qu’en gascon.

La chanson Le refuge (1982), dont le refrain cite un grand classique du pyrénéisme est devenue à son tour un classique de la culture pyrénéenne, à la fois hymne rencontrant l’adhésion d’un vaste public et standard repris par de nombreux interprètes.