La fleur au chapeau

Merci au contributeur : Emilie G

PAROLES

La fleur au chapeau

Vous qui nous regardez passer 

Dans le soleil et sous l’orage 

Peut-être que vous pensez 

Que nous avons bien du courage 

Pour ainsi nous harasser 

A courir le long des routes 

Vous ne savez ce que c’est 

Vous n’aurez jamais sans doute… 

Une fleur au chapeau

A la bouche une chanson

Un cœur joyeux et sincère

Et c’est tout ce qu’il faut

A nous autres qui marchons

Pour aller au bout de la terre.

O comme nous serions heureux 

Si nous pouvions la vie entière 

Courir par les chemins ombreux 

Ou sur les routes familières 

Depuis les sommets neigeux 

Jusqu’au bord des mers profondes 

A travers nos cris joyeux 

Nous dirons au vaste monde… 

Une fleur au chapeau

A la bouche une chanson

Un cœur joyeux et sincère

Et c’est tout ce qu’il faut

A nous autres qui marchons

Pour aller au bout de la terre.

Hélas il n’en est pas ainsi 

Et notre tâche est plus aride 

Mais il nous faut du cœur aussi 

Il nous faut des bras solides 

Pour combattre sans merci 

La laideur et la paresse 

A travers lutte et souci 

Il nous faut garder sans cesse… 

Une fleur au chapeau

A la bouche une chanson

Un cœur joyeux et sincère

Et c’est tout ce qu’il faut

A nous autres qui marchons

Pour aller au bout de la terre.

Partagez ce chant : 

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur linkedin
LinkedIn

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Les plus vus

Debout les gars
Dans les Hussards
Prière scoute
La Blanche Hermine

Faire une autre recherche

Je veux recevoir les nouveaux chants dans mes emails

Je m'inscris à la newsletter

Aucun spam, juste des chants

À propos :

 « La fleur au chapeau » est chantée dans toute la France. Il n’est pas un patronage, pas un groupe d’ajistes, pas une équipe de jeunes qui n’ait martelé la route en scandant ses paroles. Son auteur est un Eclaireur de France de trés vieille date : William LEMIT est français, célibataire, né le 15 décembre 1908 à Paris. A sept ans, il écrivait déjà sa première chanson « Fleur d’espoir ». A l’inverse des autres créateurs, « Patte de chat » a surtout de l’inspiration le matin : « En me rasant » m’a t-il confié. Comme il est trés brun, l’opération doit durer assez longtemps, et c’est tant mieux pour nous! Quels sont tes projets ?

Ils sont de deux sortes : d’abord travailler pour le chant de qualité en formant des instructeurs et des meneurs de chant : ensuite, enrichir le répertoire, tant par mes recherches que par mes reéations personnelles.

Comment fais tu naître une chanson ?

En général, je pars d’une simple image qui s’impose à moi. Par exemple, « Une fleur au chapeau », ou « La main dans la main » ou « Ensemble » … Autour de ce fragment, tout se construit peu à peu …

Combien de temps mets tu à composer ?

Je n’ai aucune règle, évidemment. Mais j’ai muri certaines chansons pendant plusieurs années. Je suis trés exigeant : j’entends me soumettre à des contraintes trés difficiles. Si je suis content de « La main dans la main » beaucoup plus que de « La fleur au chapeau », si je n’y vois rien à changer, c’est que j’ai réussi une mélodie carrée …

C’est à dire ?

Une mélodie à quatre couplets, de quatre phrases, de quatre mesures, à quatre temps … Une chanson de marche doit comporter des respirations. Cela oblige à faire des petits vers, qui doivent quand même être chargés de sens. Et quand on a trminé toutes les retouches, on a l’impression d’avoir été secouru par une aide providentielle.