La marche du 1er commando de France

Merci au contributeur : FX

À propos :

Yves de Kermoal et Georges de Franck sont les auteurs de ce chant original. Il s’agit de l’un des quelques chants né en Algérie durant la Seconde Guerre mondiale, dans les armées qui s’apprêtaient à revenir en Europe, sous les influences américaines, anglaises ou gaullistes. L’un des deux auteurs, Yves de Kermoal tombera lors des combats devant Belfort.

Il sera mort sans avoir pu constater combien la promesse d’un relèvement de la France (« Une Patrie que leur vaillance/ Fera plus nette que les couteaux/ Du Premier Commando de France ») sera trahie… et comment aurait-il pu en être autrement quand les politiciens faillis de 1940 furent ceux qui revinrent dans les fourgons des vainqueurs en 45…

Bien que ce chant soit clairement identifié, on trouve néanmoins quelques variations : « danse » au lieu de « marche » aux lignes 1 et 4 du refrain ; « Ils se sont révélés » (c. 2, l. 4)] « Ils seront beaux » (c. 3, l. 4).

Partager ce chant :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur linkedin
LinkedIn

Paroles :

LA MARCHE DU 1ER COMMANDO DE FRANCE

Quel est cet orage qui gronde ?

Quel est ce signe dans le ciel ?

Est-ce la fin de notre monde

L’apocalypse qui nous réveille ?

Ce sont nos frères, nos camarades

Qui scandent ensemble et en cadence

Le grand Requiem de parade

Du Premier Commando de France

C’est la grande marche virile

C’est la grande marche du sang

C’est le grand rythme des chœurs d’hommes aux Commandos !

C’est la grande marche virile des Commandos

C’est la grande marche du sang des Commandos

C’est le grand rythme des chœurs d’hommes

Que les femmes, ah ! les femmes, n’entendent jamais, Commandos

Que les femmes, ah ! les femmes n’entendent jamais

C’est du sang nouveau comme du vin nouveau

Mais pas pour les lèvres de femmes.

Ils ont vaincu sous un ciel noir,

Mais ils n’ont pas pleuré leurs morts,

Car dans l’amour de la Victoire

Ils se sont relevés plus fort

Ils ont servi sur leurs tombeaux

Une Patrie que leur vaillance

Fera plus nette que les couteaux

Du Premier Commando de France.

C’est la grande marche virile

C’est la grande marche du sang

C’est le grand rythme des chœurs d’hommes aux Commandos !

C’est la grande marche virile des Commandos

C’est la grande marche du sang des Commandos

C’est le grand rythme des chœurs d’hommes

Que les femmes, ah ! les femmes, n’entendent jamais, Commandos

Que les femmes, ah ! les femmes n’entendent jamais

C’est du sang nouveau comme du vin nouveau

Mais pas pour les lèvres de femmes.

Ils auront chaud, ils seront purs,

Ainsi ils marchent volontaires

Vers la mitraille sans murmure

Et sans murmure dans la souffrance

Pour mieux entendre au loin les cris

Écho des morts, des ennemis

Du Premier Commando de France.

C’est la grande marche virile

C’est la grande marche du sang

C’est le grand rythme des chœurs d’hommes aux Commandos !

C’est la grande marche virile des Commandos

C’est la grande marche du sang des Commandos

C’est le grand rythme des chœurs d’hommes

Que les femmes, ah ! les femmes, n’entendent jamais, Commandos

Que les femmes, ah ! les femmes n’entendent jamais

C’est du sang nouveau comme du vin nouveau

Mais pas pour les lèvres de femmes.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Les plus vus

Je veux recevoir les nouveaux chants dans mes emails

Je m'inscris à la newsletter

Aucun spam, juste des chants

Chants similaires