Le Corbeau et le Renard

Nom de l’auteur : Capucine Viguier

À propos :

Jean de La Fontaine publie son premier recueil en 1668. La fable « Le Corbeau et le Renard« , l’une des plus connues du poète, en est extraite.

La morale est la suivante : « Apprenez que tout flatteur vit aux dépens de celui qui l’écoute ». 

Sous Louis XIV, la flatterie est un art. La Fontaine dénonce non pas le flatteur mais celui qui accepte ces flatteries, en cela il critique la vanité humaine.

Le poète prouve également la force de la parole et de l’écriture. Le renard, ayant obtenu ce qu’il voulait par son éloquence, n’a pas l’utilité d’avoir recours à la violence physique.

Jean de La Fontaine

La Fontaine est aujourd’hui le plus connu des poètes français du XVIIe siècle, et il fut en son temps, sinon le plus admiré, du moins le plus lu, notamment grâce à ses Contes et à ses Fables

Styliste éblouissant, il a porté la fable, un genre avant lui mineur, à un degré d’accomplissement qui reste indépassable. 

Moraliste, et non pas moralisateur, il pose un regard lucide sur les rapports de pouvoir et la nature humaine, sans oublier de plaire pour instruire.

Partager ce chant :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur linkedin
LinkedIn

Paroles :

Maître Corbeau, sur un arbre perché,

           Tenait en son bec un fromage.

       Maître Renard, par l’odeur alléché,

           Lui tint à peu près ce langage :

       Et bonjour, Monsieur du Corbeau,

    Que vous êtes joli ! que vous me semblez beau !

           Sans mentir, si votre ramage

           Se rapporte à votre plumage,

     Vous êtes le Phénix des hôtes de ces bois.

À ces mots le Corbeau ne se sent pas de joie,

           Et pour montrer sa belle voix,

   Il ouvre un large bec, laisse tomber sa proie.

   Le Renard s’en saisit, et dit : Mon bon Monsieur,

              Apprenez que tout flatteur

     Vit aux dépens de celui qui l’écoute.

   Cette leçon vaut bien un fromage sans doute.

           Le Corbeau honteux et confus

   Jura, mais un peu tard, qu’on ne l’y prendrait plus.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Les plus vus

Je veux recevoir les nouveaux chants dans mes emails

Je m'inscris à la newsletter

Aucun spam, juste des chants

Chants similaires