Le Marsouin

Nom de l’auteur : Carlos

À propos :

Il existe de très nombreuses variantes de ce chant qui n’appartient pas au répertoire traditionnel des marins. Il s’agirait d’un air très ancien ; le chant aurait été créé par des bagnards de Brest. Le bagne y avait créé en 1751 suite à la dissolution du corps des galères. Pour les tintinophiles T. Decruzy rappelle que «pour prévenir les évasions, l’administration avait installé à l’entrée du port un canon de 24 livres au surnom resté fameux : “Tonnerre de Brest”» (T. Decruzy).

Le terme forban vient de l’ancien français forbannir : bannir à l’étranger… 

Il est synonyme de pirate : contrairement au corsaire, le forban agissait pour son propre compte et s’attaquait à tous les navires sans distinctions.

Partager ce chant :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur linkedin
LinkedIn

Paroles :

LE MARSOUIN (Forban)

Je suis Marsouin que m’importe la gloire

Enfant de roi et de prostituée

Sur un cadavre je chante victoire

Et dans un crâne je bois la liberté

Vivre d’orgie est ma seule espérance

Le seul bonheur que j’ai su conquérir

C’est sur les flots, berceau de mon enfance

C’est sur les flots qu’un Marsouin doit mourir

Vin qui pétille, femme gentille

Sous tes baisers brûlant d’amour, oui d’amour

Dans la bataille, mort aux canailles

Je ris, je chante, et je bois tour à tour

Quoique Marsouin vivant dans la débine

Et méprisant les lois même de la mort

Ne vivant que de meurtres et de rapines

Je bois mon vin dans une coupe d’or

Allons enfants, allons buvons mes braves

Buvons l’ivresse et l’orgie à grand pot

Aujourd’hui fête, et puis demain peut-être

Ma tête ira s’engloutir dans les flots

Vin qui pétille, femme gentille

Sous tes baisers brûlant d’amour, oui d’amour

Dans la bataille, mort aux canailles

Je ris, je chante, et je bois tour à tour.

Devant partir sur une yole étrangère

Demain mon cœur servira d’étendard

Et mon sang rougissant la galère

Aujourd’hui fête, et demain le hasard

Vierge plaintive, toi ma captive

Ma bouche ira dévorer tes appas

Encore vibrants d’une autre amante

Je ris, je chante et je bois tour à tour

Vin qui pétille, femme gentille

Sous tes baisers brûlant d’amour, oui d’amour

Dans la bataille, mort aux canailles

Je ris, je chante, et je bois tour à tour

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Les plus vus

Je veux recevoir les nouveaux chants dans mes emails

Je m'inscris à la newsletter

Aucun spam, juste des chants

Chants similaires