Le Combat de la Danaé

Merci au contributeur : Gabriel

PAROLES

C’est le 27 de Mars

Sans attendre plus tard

Bart ce grand guerrier

Nous a tous commandés

Nous sommes partis de la France

Confiants dans la providence

Priant Dieu de nous secourir

Dans le danger de périr

Le premier jour partant

Nous aperçûmes sous vent

un bâtiment

Trois autres au vent de nous

Qui poussaient droit sur nous

Nous leur avons fait reconnaître

Que nous en serions les maîtres

Nous tenant tous les deux d’accord

Nous avons viré de bord

L’Anglais tout d’un courroux

Arrive au bord de nous

Et tout d’un coup

Tire un coup de canon

Sur notre pavillon

C’est son petit mât de misaine

Qui est tombé à la traîne

Et son grand mât d’artimon

Qui est tombé sur le pont

Bart voyant cela

Au milieu du combat

Et du fracas

En se joignant les mains

Prit le ciel à témoin

Bart dit à son équipage

Allons mes enfants courage

Faisons voir à ses anglais

La valeur de nous français

Le feu de tout côtés

Par trois vaisseaux armés

Sans relâcher

A mis hors de combat

Ce valeureux soldat

Ce fût le gaillard d’arrière

Qu’il tomba par en arrière

Et par un boulet de canon

Il tomba mort sur le pont

Grand dieu quelle misère

De voir la Danaé

Toute démâtée

Ses voiles et ses haubans

Ne battre plus au vent

Hélas grand dieu quelle misère

De voir devant à l’arrière

Cent cinquantaine hommes étendus

Et les autres n’en pouvant plus

Vous autres français flamands

Qui voyez nos tourments

Qui sont si grands

Apprenez la misère

Que nous avons souffert

Pour sauver l’ honneur de la France

Vous anglais pleins d’ impudence

A moins de nous laisser aller

Nous vous aurons prisonniers

Partagez ce chant : 

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur linkedin
LinkedIn

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Les plus vus

Debout les gars
Dans les Hussards
Prière scoute
La Blanche Hermine

Faire une autre recherche

Je veux recevoir les nouveaux chants dans mes emails

Je m'inscris à la newsletter

Aucun spam, juste des chants

À propos :

Le texte est probablement contemporain de l’ événement qu’il décrit: le livre de Henri Malo, les derniers corsaires, contient le récit détaillé du combat soutenu le 27 Mars 1759 par les bâtiments français la Danaé et l’ Harmonie

Placés sous le commandement de Pierre-Jean Bart, fils du célèbre Gaspard Bart, l’ ancien corsaire devenu armateur, ces bâtiments quittèrent Dunkerque, en pleine guerre de 7 ans, dans le but de ravitailler Québec et la Nouvelle-France, en dépit du blocus anglais. 

Il s’agissait, à ce moment décisif des hostilités, de passer outre la surveillance exercée par les vaisseaux britanniques sur la Manche et l’ Atlantique.

Le combat s’est déroulé au large des côtes de Flandres, deux descendants du légendaires corsaires dunkerquois Jean Bart y trouvèrent la mort: il n’est donc pas étonnant qu’une complainte en flamand sur ce sujet ait conservé le souvenir de l’ événement. Le texte décrit très précisément le combat, mais n’est pas de la même main; il fût recueilli et publié en 1856 par E. de Coussemaker (Chansons populaires des flamands de France).

Une autre complainte française analogue décrit un combat naval de la guerre de 7 ans survenu un an auparavant, en 1758 : Le combat du Foudrion.

Textes et informations tirées du livret de l’ album CD « Fortunes de mer » du groupe « Cabestan »

Cette complainte n’a été recueillie qu’une fois en France, à Fécamp en 1850, et trois fois au Canada. La version ici chantée reprend la plupart des complets et la mélodie publiée par le père Anselme Chiasson vers 1940 (Chansons d’Acadie, volume 4).