L’épopée de Jehanne

Merci au contributeur : Emilie

À propos :

Patrice Martineau, Roger Martineau

Partager ce chant :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur linkedin
LinkedIn

Paroles :

L’EPOPEE DE JEHANNE

Y’avait alors en royaume de France

Si grand’ pitié et si grande souffrance

Que Dieu du haut de sa magnificence

Eût pour la France très grande souvenance.

Il envoya Michel, le prince des Archanges,

Catherine et Marguerite, deux âmes des plus blanches,

Vers une jeune fille, des marches de Lorraine,

Choisie pour accomplir les divines promesses.

Laissant là son troupeau paître dans la prairie,

Elle quitta son hameau, se parents, ses amis,

Pour bouter les Anglais en dehors du royaume,

Et rendre à son Dauphin légitime couronne.

Jehanne ! Jehanne ! Pucelle d’Orléans,

Jehanne ! Jehanne ! Sur ton beau cheval blanc,

Jehanne ! Jehanne ! Aux frontières du temps,

Jehanne ! Jehanne ! Conduis-nous au firmament

En avant ! En avant ! En avant !

Malgré le traquenard des seigneurs de la cour,

Elle reconnut le roi, lui offrit sa bravoure :

Sire confiez-moi vos soldats, votre armée.

En peu de temps, la France sera libérée.

En ville d’Orléans, elle livra bataille

Et l’ennemi vaincu s’enfuit en grand’ pagaille

Puis ce fut Beaugency, Patay, Jargeau et Loches

Et Troyes sans coup férir lui ouvrit grand les portes.

Jehanne ! Jehanne ! Pucelle d’Orléans,

Jehanne ! Jehanne ! Sur ton beau cheval blanc,

Jehanne ! Jehanne ! Aux frontières du temps,

Jehanne ! Jehanne ! Conduis-nous au firmament

En avant ! En avant ! En avant !

Partout, carillonnez, cloches des cathédrales !

Charles VII est à Reims, aujourd’hui on le sacre.

Et toi mon peuple, exulte en cette humble bergère

Qui t’a rendu ton roi, de par Dieu, notre Père.

Mais, hélas ! Le malin s’est glissé dans les rangs,

Des conseillers du roi et de ses courtisans.

Exclue, la pauvre Jehanne, en forêt de Compiègne,

Avec quelques fidèles, fut faite prisonnière.

Jehanne ! Jehanne ! Pucelle d’Orléans,

Jehanne ! Jehanne ! Sur ton beau cheval blanc,

Jehanne ! Jehanne ! Aux frontières du temps,

Jehanne ! Jehanne ! Conduis-nous au firmament

En avant ! En avant ! En avant !

Au fond de son cachot, vivant dans la prière

Elle souffrit sa passion en son âme et sa chair.

Puis l’évêque Cauchon prononça la sentence.

Condamnée au bûcher jusqu’à devenir cendre !

Au marché de Rouen la mena le chariot

Sous les huées de la foule, gravit son échafaud

Et quand l’Anglais eut mis le feu au tas de branches

De la fumée sortit… une colombe blanche.

Jehanne ! Jehanne ! Pucelle d’Orléans,

Jehanne ! Jehanne ! Comme un bel oiseau blanc

Jehanne ! Jehanne ! De l’au-delà du temps,

Jehanne ! Jehanne ! Conduis-nous au firmament

En avant ! En avant ! En avant !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Les plus vus

Je veux recevoir les nouveaux chants dans mes emails

Je m'inscris à la newsletter

Aucun spam, juste des chants

Chants similaires