Les filles des forges

Merci au contributeur : Emilie G

À propos :

La chanson date probablement du xviiie siècle, et fait référence aux forges de Paimpont qui étaient alors très actives. Elle serait née durant les fêtes profanes qui suivaient la cérémonie religieuse de la Saint Éloi, le saint patron des orfèvres et des forgerons qui était célébré chaque 1er décembre.

La première version fut recueillie en mars 1872 au village du Cannée sur la commune de Paimpont par Adolphe Orain, l’un des plus grands folkloristes de Bretagne. Un sabotier de Paimpont lui en proposa une deuxième version vers 1884.

Une troisième version sera proposée par le groupe Tri Yann au début des années 1970, et deviendra en 1976 le titre même de leur première compilation.

Cette dernière version raconte l’histoire de jeunes filles qui vont à confesse auprès d’un prêtre qui profite de la situation pour leur faire des avances. Mais elles se refusent à lui.

Il existe également une version en Vendée mentionnée dans un ouvrage de Georges Bourgeois, Vieilles chansons du bocage vendéen paru en 19312.

Fin de la discussion

Écrivez un message…

Partager ce chant :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur linkedin
LinkedIn

Paroles :

Les filles des forges

Digue, ding don, don, ce sont les filles des forges

Des forges de Paimpont, digue ding dondaine

Des forges de Paimpont, dingue ding dondon

Digue, ding don, don, elles s’en vont ‘ confesse

Au cur’ du canton, digue ding dondaine

Au cur’ du canton, dingue ding dondon

Digue, ding don, don, qu’avions-vous fait les filles

Pour demander pardon, digue ding dondaine

Pour demander pardon, dingue ding dondon

Digue, ding don, don, j’avions couru les bals

Et les jolis gar’ons, digue ding dondaine

Et les jolis gar’ons, dingue ding dondon

Digue, ding don, don, ma fille pour p’nitence

Nous nous embrasserons, digue ding dondaine

Nous nous embrasserons, dingue ding dondon

Digue, ding don, don, je n’embrasse point les pr’tres

Mais les jolis gar’ons, digue ding dondaine

Qu’ont du poil au menton, dingue ding dondon

Digue, ding don, don, ce sont les filles des forges

Des forges de Paimpont, digue ding dondaine

Des forges de Paimpont, dingue ding dondon

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Les plus vus

Je veux recevoir les nouveaux chants dans mes emails

Je m'inscris à la newsletter

Aucun spam, juste des chants

Chants similaires