Metig

Merci au contributeur : Emilie G

À propos :

Metig est une chanson bretonne créée au milieu du XIXe siècle par Jean-Pierre Marie Le Scour sous le titre d’origine « Kloarec Koat ar 

Rannou ha penn-herez Kersanton » (Le clerc du Bois des Séries et l’héritière de Kersanton). 

Sujet:

Un jeune clerc, de l’évêché de Quimper, quitte sa famille pour se rendre au collège de Tréguier. 

En chemin, il rencontre une jeune fille, « belle comme un ange de Dieu« , qui s’appelle Metig.

Elle va entrer au couvent. Ils pleurent ensemble sur leur sort, puis se séparent pour toujours, en se promettant de ne jamais s’oublier.

Dans la version d’origine, sur feuille volante, une suite est donnée : Ils se retrouvent après leurs études et entament un voyage sur les 

lieux saints du Finistère. Metig est mariée de force à un riche ivrogne païen. Guénolé s’enfuit à Rumengol et meurt de chagrin. Metig 

découvre sa tombe par hasard et se laisse également mourir.

Cette chanson figure sur le recueil « Kanomp Uhel« , édité par Coop Breizh.

Partager ce chant :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur linkedin
LinkedIn

Paroles :

Tud yaouank a Vreizh-Izel, didostait da glevet (bis)

An istor eus va daeroù (la lo, la la la lo, la la la la la lo) ha ma foanioù kalet (bis)

Me zo ur c’hloareg yaouank eus eskopti Kemper (bis)

O vont d’ober e studi (la lo…) e skolaj Landreger (bis)

E bord ar mor on ganet, ‘barzh bro Sant Gwenole

Ha biskoazh nemet glac’har ne’m eus bet em buhez

Glac’har a wir garantez, setu va flanedenn

Planedenn rust ha kalet da heuliañ penn-da-benn

Pa oan em bugaleaj, va mamm baour alies

A lavare din « Va mab, kar ha ped ar Werc’hez »

« Ped anezhi, va mabig, ped Gwerc’hez Remungol

M’he fedez a wir galon, ned i jamez da goll »

He fedet am eus bepred, ha bremañ ‘raok mervel

Me ‘gano he meuleudioù d’am breudeur Breizh-Izel

Pa gimiadis diouzh va zud ‘vit mont pell diouzh ar gêr

Evit mont war ar studi da skolaj Landreger

Ne oan ket ‘met pemzek vloaz, me a ouele dourek

Rak evidon ne oa ken, siwazh, a eürusted

O tostaat ouzh Landreger, me ‘gavas ur plac’hig

Koant evel un ael Doue, hec’h anv oa Metig

D’ar gouent e ya ivez, ‘vel ma ‘c’h an d’ar studi

He c’halon a oa mantret kement ha va hini

« Salud deoc’h, plac’hig yaouank », a lavaris dezhi

« Eveldon oc’h ankeniet o kuitaat tud ho ti

Ho tornig flour em dornig lakit gant karantez

Evit ma vimp eürusoc’h o ouelañ asambles »

Ar plac’hig a lavaras : « O kloareg Gwenole

Pedomp Doue alies an eil ‘vit egile »

Er joa koulz en anken, dalc’hit soñj a Vetig

Eus a-vremañ da viken ez eo ho mestrezig »

Erru e kêr Landreger, erru e penn hon hent

Me ‘voe kaset d’ar skolaj ha Metig d’ar gouent

An disparti ‘oa kalet, c’hwerv hag ankenius

An eürusted er bed-mañ n’eo ket un dra badus

Dre ma chomis er skolaj, skeudenn dous Metig kaezh

E-pad an noz dirazon a zeue alies

Neuze e peden Doue ha sent kozh Breizh-Izel

‘Vit ma vijemp ‘n hor buhez laouen, eürus, santel

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Les plus vus

Je veux recevoir les nouveaux chants dans mes emails

Je m'inscris à la newsletter

Aucun spam, juste des chants

Chants similaires