Le maître à bord

Merci au contributeur : Rod

À propos :

Paroles: R. Thomas, J. Rodor, 1936

Partager ce chant :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur linkedin
LinkedIn

Paroles :

Et oui les matelots vous avez tous la frousse

Mais oui je le sais bien qu’il est vieux mon trois mâts

Mais il faut douze hommes, un capitaine, un mousse

Qui le remonteront vers le Guatemala

Alors pendant huit jours il cherche un équipage

Contraint de le former de marins d’occasion

Vagabonds sans aveux dont certains tatouages

Affichent l’anarchie et la révolution

Mais lui le malabar au moment du départ

Leur dit je vous préviens

Je suis le maître à bord – Moi seul suis le maître

Bien des costauds, des forts – Ont dû le reconnaître

Je vous promets, moi commandant – Bonne ration, bon vent, bonne goutte

Je serai juste et indulgent – Mais il faudra que l’on m’écoute

Et maintenant le cap au nord – Je suis le maître à bord

Depuis quarante jours le navire est en route

Les vents sont contre lui, le mauvais temps aussi

S’avançant dans la nuit, quatre hommes fous de rage

Vent, l’insulte à la bouche, le couteau à la main

Parler au capitaine, au nom de l’équipage

Il faut que tu nous donnes des biscuits et du vin

Mais le malabar leur dit voyez là-bas

Voyez ce phare c’est le Guatemala

Je suis le maître à bord – Ce soir du moins je l’espère

Nous toucherons au port – Vous serez libre à terre

Oui mais ici mille sabords – Je n’admets pas la moindre pirate

Je materais tous les plus forts – Que chacun regagne son poste

Car j’ai sur vous droit de vie et de mort

Mais la brise ne fléchit, balancé par la houle

Le trois mâts va tanguant sous la force du vent

Bientôt c’est l’ouragan, on ne voit plus le phare

Les voiles se déchirent et les flots furieux

Emporte un marin, alors le malabar

Sent le trois mâts craquer et crie sauve qui peut

Les canots à la mer, que dieu veille sur vous

Mais ils ont répondu venez avec nous

NON ….

Je suis le maître à bord – Je dois le reconnaître

les droits me rendent fort – Me font parler en maître

mais le devoir commande encore

Demeure au pied du mât de misaine

Tu ne dois pas quitter ton bord

C’est le devoir du capitaine

Et maintenant face à la mort

Je suis le maître à bord !…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Les plus vus

Je veux recevoir les nouveaux chants dans mes emails

Je m'inscris à la newsletter

Aucun spam, juste des chants

Chants similaires