Sur le pont d’Avignon

Merci au contributeur : Capucine V

PAROLES

Sur le pont d’Avignon,

On y danse, on y danse,

Sur le pont d’Avignon

On y danse tous en rond.

1.

Les belles dames font comme ça

Et puis encore comme ça.

(Au refrain)

2.

Les messieurs font comme ça

Et puis encore comme ça.

(Au refrain)

3.

Les jardiniers font comm’ ça

Et puis encore comm’ ça

(Au refrain)

[…]

Les couturiers font comm’ ça

Et puis encore comm’ ça

(Au refrain)

[…]

Les vignerons font comm’ ça

Et puis encore comm’ ça

(Au refrain)

[…]

Les blanchisseus’s font comm’ ça

Et puis encore comm’ ça

(Au refrain)

[…]

Les officiers font comme ça

Et puis encore comm’ ça

(Au refrain)

[…]

Les bébés font comme ça

Et puis encore comm’ ça

(Au refrain)

[…]

Les musiciens font comme ça

Et puis encore comm’ ça

(Au refrain)

[…]

Et les abbés font comme ça

Et puis encore comm’ ça

(Au refrain)

[…]

Et les gamins font comme ça

Et puis encore comm’ ça

(Au refrain)

[…]

Les laveuses font comme ça

Et puis encore comm’ ça

(Au refrain)

Partagez ce chant : 

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur linkedin
LinkedIn

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Les plus vus

Debout les gars
Dans les Hussards
Prière scoute
La Blanche Hermine

Faire une autre recherche

Je veux recevoir les nouveaux chants dans mes emails

Je m'inscris à la newsletter

Aucun spam, juste des chants

À propos :

Sur le pont d’Avignon est une ancienne et célèbre chanson enfantine française.

Il s’agit d’une ronde mimée évoquant toutes sortes de personnages en train de danser autour du Pont Saint-Bénézet, à Avignon.

La chanson remonterait au XVe siècle.

On ne connaît ni l’auteur, ni l’origine de la chanson, mais elle devient populaire en 1853 lorsque le compositeur Adolphe Adam la reprend dans son opéra comique, Le Sourd ou l’Auberge pleine.

Les danses se faisaient à l’origine sur des berges, c’est pourquoi certains anciens parlent encore de la chanson en disant « sous le pont d’Avignon » et non pas « sur le pont ».

Ce n’est pas une chanson « finie », ce qui peut expliquer le grand nombre de variantes qui existent. Ainsi, tous les métiers de l’époque peuvent être repris.