Connexion
Télécharger

Chœur des chasseurs

1 – Chasseur, dans les bois, que la vie a des charmes !
Printemps des forêts, tu souris à le voir.
Il cherche à travers les bouleaux et les charmes,
Ta trace, ô gibier du matin jusqu’au soir.
Voilà le plaisir, le plaisir qu’il se donne,
Et libre, il se sent plus vaillant, plus dispos.
Halliers pleins de bruit quand le cor vibre et sonne,
Son chant rend la voix dès l’aurore aux échos !
Yo ho tra la la la la…

2 – Quand l’aube, ô soleil, fait le jour dans ses routes,
Ses yeux sont plus vifs et ses coups plus certains.
Ravins, dans vos creux, et forêts, sous vos voûtes,
Il traque et les loups et les cerfs et les daims.
Voilà le plaisir, le plaisir qu’il se donne,
Et libre, il n’a point de regret sous les cieux.
Au bruit des chansons quand le cor vibre et sonne,
Son vin est plus doux et son coeur plus joyeux !
Yo ho tra la la la la…

Autre version des paroles

1 – Plaisir de la chasse que rien ne surpasse,
Redouble l’audace qui brûle en nos cœurs !
L’ardeur que nous donne le cor qui résonne,
Jamais n’abandonne l’espoir des chasseurs !
Courir dans la plaine le cerf hors d’haleine,
Suprendre sans peine le daim, le chamois,
Le soir au bois sombre, vider, sous son ombre,
Des coupes sans nombre, c’est digne des rois !
Joho ! tra la, la !

2 – La nuit solitaire tombant sur la terre,
Au sein du mystère fait tout oublier,
Guider la poursuite des chiens qu’on excite
Traquer dans son gîte le noir sanglier ;
Courir dans la plaine le cerf hors d’haleine,
Suprendre sans peine le daim, le chamois,
Le soir au bois sombre, vider, sous son ombre,
Des coupes sans nombre, c’est digne des rois !
Joho ! tra la, la !

Ajouté à la base le 20 avril 2023

Par : Etienne Latournerie

Histoire du chant

Auteur (en allemand) : Carl Maria von Weber
Tiré de l’opéra Der Freischütz (le franc-tireur) dont la première a eu lieu le 18 juin 1821 à Berlin.

Version originale en allemand :

1 – Was gleicht wohl auf Erden dem Jägervergnügen,
Wem sprudelt der Becher des Lebens so reich?
Beim Klange der Hörner im Grünen zu liegen,
Den Hirsch zu verfolgen durch Dickicht und Teich
Ist fürstliche Freude, ist männlich Verlangen,
Erstarket die Glieder und würzet das Mahl.
Wenn Wälder und Felsen uns hallend umfangen,
Tönt freier und freud’ger der volle Pokal !
Jo ho! Tralalalala!

2 – Diana ist kundig, die Nacht zu erhellen,
Wie labend am Tage ihr Dunkel uns kühlt.
Den blutigen Wolf und den Eber zu fällen,
Der gierig die grünenden Saaten durchwühlt,
Ist fürstliche Freude, ist männlich Verlangen,
Erstarket die Glieder und würzet das Mahl.
Wenn Wälder und Felsen uns hallend umfangen,
Tönt freier und freud’ger der volle Pokal !
Jo ho! Tralalalala!

Application gratuite

Découvrez aussi

Le Chêne et le Roseau

Les journées de juin

Le Volontaire

Joan del Riu

Russie libre

A nos souvenirs

ZIMBABWE – KALIBUSISWE ILIZWE LEZIMBABWE

La grenouille

Quand je suis parti de la Rochelle

Un deux trois nous irons au bois

Titre de la vidéo *
Description
Importez ou enregistrez votre vidéo *
Votre vidéo ne doit pas dépasser 100 Mo. Retouchez là si nécessaire.
Visibilité de la vidéo *

Vous souhaitez avoir accès à l'intégralité du contenu ? Soutenez Canto en vous abonnant

L’abonnement donne accès à la lecture des partitions à leur téléchargement en format PDF, au téléchargement des carnets de chants en PDF ainsi qu’à la lecture en mode hors ligne sur mobile et tablette.

Vous souhaitez avoir accès à l'intégralité du contenu ?

ou