Connexion
Télécharger

Compagnons de la Marjolaine

Chœur :
Qu’est-c’ qui s’passe ici, si tard ?
Compagnons de la Marjolaine.
Qu’est-c’ qui s’passe ici, si tard ?
Gai, gai, dessus le quai.

Chevalier du guet :
C’est le chevalier du guet,
Compagnons de la Marjolaine.
C’est le chevalier du guet,
Gai, gai, dessus le quai.

Chœur :
Que demand’ le chevalier ?
Compagnons de la Marjolaine.
Que demand’ le chevalier ?
Gai, gai, dessus le quai.

Chevalier du guet :
Une fille à marier,
Compagnons de la Marjolaine.
Une fille à marier,
Gai, gai, dessus le quai.

Chœur :
Y a pas d’fille à marier,
Compagnons de la Marjolaine.
Y a pas d’fille à marier,
Gai, gai, dessus le quai.

Chevalier du guet :
On m’a dit qu’vous en aviez,
Compagnons de la Marjolaine.
On m’a dit qu’vous en aviez,
Gai, gai, dessus le quai.

Chœur :
Ceux qui l’ont dit s’sont trompés,
Compagnons de la Marjolaine.
Ceux qui l’ont dit s’sont trompés,
Gai, gai, dessus le quai.

Chevalier du guet :
Je veux que vous m’en donniez,
Compagnons de la Marjolaine.
Je veux que vous m’en donniez,
Gai, gai, dessus le quai.

Chœur :
Sur les onze heur’s, repassez,
Compagnons de la Marjolaine.
Sur les onze heur’s repassez,
Gai, gai, dessus le quai.

Chevalier du guet :
Les onze heur’s ont bien sonné,
Compagnons de la Marjolaine.
Les onze heur’s ont bien sonné,
Gai, gai, dessus le quai.

Chœur :
Qu’est-c’ que vous lui donneriez ?
Compagnons de la Marjolaine,
Qu’est-c’ que vous lui donneriez ?
Gai, gai, dessus le quai.

Chevalier du guet :
De l’or, des bijoux assez,
Compagnons de la Marjolaine.
De l’or, des bijoux assez,
Gai, gai, dessus le quai.

Chœur :
Ell’ n’est pas intéressée,
Compagnons de la Marjolaine.
Ell’ n’est pas intéressée,
Gai, gai, dessus le quai.

Chevalier du guet :
Tout mon cœur lui donnerai,
Compagnons de la Marjolaine,
Oui mon cœur lui donnerai,
Gai, gai, dessus le quai.

Chœur :
Dans ce cas, la choisissez,
Compagnons de la Marjolaine.
Dans ce cas, la choisissez,
Gai, gai, dessus le quai.

Ajouté à la base le 19 octobre 2019

Par : LC G

Histoire du chant

Auteur : anonyme

Source : XVIe siècle, musique : traditionnelle

Régions : Champagne, Île-de-France, Lorraine, Normandie, Picardie, Poitou…

Mode : Polyphonie

Licence : Domaine public

Catégorie : Chanson française.

Le guet veille ! est certainement l’un des plus connus des Cris de Paris

Il est onze heures, bonnes gens. Dormez, le guet veille !

Il est minuit, bonnes gens. Dormez, le guet veille ! (à décliner selon les heures de la nuit).

Le guet qui faisait la ronde de nuit dans les rues de Paris et des autres capitales européennes (mais aussi des grandes villes de province) était une milice bourgeoise, censée veiller de nuit à la sûreté des places, rues, ruelles et venelles, fort peu sûres au Moyen Âge comme à des époques plus récentes.

Dans chaque quartier, regroupés en confrérie, riches bourgeois comme petits bourgeois, brillamment équipés (voir à ce sujet La Ronde de nuit de Rembrandt) se donnaient, finalement à peu de compte, un rôle et des émotions qui les changeait de leur routine journalière de boutiquier, de changeur ou de notaire. Comme on les entendait venir de loin, les aigrefins, vide-goussets et autres tire-laines avaient tout le temps de regagner Vauvert ou la Cour des miracles. Cependant il leur arrivait, tout de même, d’appréhender quelques ivrognes ou malfrats sourds-muets qu’ils s’empressaient de remettre au prévôt du roi flanqué de ses gens d’armes.

La chanson s’interprète à deux chœurs — qui chantent un couplet chacun en se répondant — ou simplement à deux voix.

On trouve des variantes dans les paroles selon les versions, avec notamment des couplets rajoutés à certains endroits.

Découvrez aussi

En avant les petites bedaines

Qu’on ne me parle plus d’amour

Magnificat (latin)

Angélus

Die sterbende Geliebte

La Jeune Garde

Still, Still, Still !

Le berger d’Aure (Sur les sentiers du Moudang)

Ô douce France

Garde-moi mon Dieu

Titre de la vidéo *
Description
Importez ou enregistrez votre vidéo *
Votre vidéo ne doit pas dépasser 100 Mo. Retouchez là si nécessaire.
Visibilité de la vidéo *

Vous souhaitez avoir accès à l'intégralité du contenu ? Soutenez Canto en vous abonnant

L’abonnement donne accès à la lecture des partitions à leur téléchargement en format PDF, au téléchargement des carnets de chants en PDF ainsi qu’à la lecture en mode hors ligne sur mobile et tablette.

Vous souhaitez avoir accès à l'intégralité du contenu ?

ou