Connexion
Télécharger

Ja nus hons pris ne dira sa raison

1 – Ja nus hons pris ne dira sa raison
Adroitement, se dolantement non;
Mais par confort puet il faire chançon.
Mout ai amis, mais povre sont li don;
Honte i avront se por ma reançon —
Sui ça deus yvers pris.

2 – Ce sevent bien mi home et mi baron–
Ynglois, Normant, Poitevin et Gascon–
Que je n’ai nul si povre compaignon
Que je lessaisse por avoir en prison;
Je nou di mie por nule retraçon,—
Mais encor sui-je pris.

3 – Or sai je bien de voir certeinnement
Que morz ne pris n’a ami ne parent,
Quant on me faut por or ne por argent.
Mout m’est de moi, mes plus m’est de ma gent,
Qu’aprés ma mort avront reprochement—
Se longuement sui pris.

4 – N’est pas mervoille se j’ai le cuer dolant,
Quant mes sires met ma terre en torment.
S’il li membrast de nostre soirement
Quo nos feïsmes andui communement,
Je sai de voir que ja trop longuement—
Ne seroie ça pris.

5 – Ce sevent bien Angevin et Torain–
Cil bacheler qui or sont riche et sain–
Qu’encombrez sui loing d’aus en autre main.
Forment m’amoient, mais or ne m’ainment grain.
De beles armes sont ore vuit li plain,—
Por ce que je sui pris

6 – Mes compaignons que j’amoie et que j’ain–
Ces de Cahen et ces de Percherain–
Di lor, chançon, qu’il ne sunt pas certain,
C’onques vers aus ne oi faus cuer ne vain;
S’il me guerroient, il feront que vilain—
Tant con je serai pris.

7 – Contesse suer, vostre pris soverain
Vos saut et gart cil a cui je m’en clain—
Et por cui je sui pris.
Je ne di mie a cele de Chartain,
— La mere Loës.

Ajouté à la base le 24 avril 2023

Par : Elyas

Histoire du chant

Auteur : Richard Plantagenêt, dit Richard Cœur de Lion est le fils d’Henri II, roi d’Angleterre et de Aliénor d’Aquitaine. Le duché d’Aquitaine, ou grandit Richard, est connu pour être un lieu de culture, et Richard devint à son tour un protecteur des troubadours et trouvères. Alors qu’il revient de la troisième croisade en Terre Sainte, il est est capturé par Leopold V de Babenberg au alentour de Vienne. La rançon réclamée pour sa liberté correspond à deux années de revenus pour l’Angleterre. Il est finalement libéré deux ans plus tard en échange d’une première partie de la rançon versée par sa mère. Il ne resta que quelques mois en Angleterre et n’apprit jamais la langue.

Application gratuite

Découvrez aussi

Le vent souffle où il veut

L’Emigrant

Sanctus

Kontrapas

Je vous salue Marie

La cloche du vieux manoir

Biba Rioja (glu, glu, glu)

Die Schäferin

Papiyon volé

A Brest la jolie

Titre de la vidéo *
Description
Importez ou enregistrez votre vidéo *
Votre vidéo ne doit pas dépasser 100 Mo. Retouchez là si nécessaire.
Visibilité de la vidéo *

Vous souhaitez avoir accès à l'intégralité du contenu ? Soutenez Canto en vous abonnant

L’abonnement donne accès à la lecture des partitions à leur téléchargement en format PDF, au téléchargement des carnets de chants en PDF ainsi qu’à la lecture en mode hors ligne sur mobile et tablette.

Vous souhaitez avoir accès à l'intégralité du contenu ?

ou