Connexion
Télécharger

La fille au Roi Louis

1 – Le roi Louis est sur son pont,
Tenant sa fille en son giron ;
Elle se voudrait bien marier
Au beau Déon, franc chevalier.

2 – « Ma fille, n’aimez jamais Déon,
Car c’est un chevalier félon ;
C’est le plus pauvre chevalier
Qui n’a pas vaillant six deniers.

3 – — J’aime Déon, je l’aimerai,
J’aime Déon pour sa beauté,
Plus que ma mère et mes parents,
Et vous, mon père, qui m’aimez tant.

4 – — Ma fille, il faut changer d’amour,
Ou vous entrerez dans la tour.
— J’aime mieux rester dans la tour,
Mon père, que de changer d’amour.

5 – — Et vite, où sont mes estafiers,
Mes geôliers, mes guichetiers,
Qu’on mette ma fille en la tour :
Elle n’y verra jamais le jour. »

6 – Elle y fut bien sept ans passés
Sans que personne la pût trouver.
Au bout de la septième année,
Son père vint la visiter :

7 – « Bonjour, ma fille, comment vous va ?
— Hélas, mon père, il va bien mal :
J’ai un côté mangé des vers,
Et les deux pieds pourris ès fers.

8 – Mon père, avez-vous de l’argent,
Cinq à six sous tant seulement ?
C’est pour donner au geôlier,
Qu’il me desserre un peu les pieds.

9 – — Oui-da, ma fille, nous en avons,
Et des mille et des millions :
Nous en avons à vous donner,
Si vos amours voulez changer.

10 – — Avant que changer mes amours,
J’aime mieux mourir dans la tour.
— Eh bien ma fille, vous y mourrez,
De guérison point vous n’aurez. »

11 – Le beau Déon, passant par là,
Un mot de lettre lui jeta ;
Il y avait dessus écrit :
« Belle, ne le mettez en oubli ;

12 – Faites-vous morte ensevelir,
Que l’on vous porte à Saint-Denis ;
En terre, laissez-vous porter,
Point enterrer ne vous lairrai. »

13 – La belle n’y a pas manqué,
Dans le moment a trépassé ;
Elle s’est laissé ensevelir,
On l’a portée à Saint-Denis.

14 – Le roi va derrière en pleurant,
Les prêtres vont devant chantant :
Quatre-vingts prêtres, trente abbés,
Autant d’évêques couronnés.

15 – Le beau Déon passant par là :
« Arrêtez, prêtres, halte-là !
C’est m’amie que vous emportez,
Ah ! laissez-moi la regarder ! »

16 – Il tira son couteau d’or fin
Et décousit le drap de lin :
En l’embrassant, fit un soupir,
La belle lui fit un souris :

17 – « Ah ! voyez quelle trahison
De ma fille et du beau Déon !
Il les faut pourtant marier,
Et qu’il n’en soit jamais parlé.

18 – Sonnez, trompettes et violons,
Ma fille aura le beau Déon.
Fillette qu’a envie d’aimer,
Père ne l’en peut empêcher ! »

19 – Quatre ou cinq de ces jeunes abbés
Se mirent à dire, tout haut riant :
« Nous sommes venus pour l’enterrer,
Et nous allons la marier ! »

Ajouté à la base le 12 juillet 2022

Par : Côme Barbeau

Histoire du chant

Selon l’Anthologie de la chanson française traditionnelle de Marc Robine, la musique serait un air de cour de 1607 dont Gérard de Nerval disait: « un des plus beaux airs qui existent »

D’après Marc Robine, il existe plusieurs versions de cette chanson dont une par le trouvers Audefroy le Batard (XIII eme siècle) nommée “La belle Ydoine”.

Source Wikitrad

 

Application gratuite

Découvrez aussi

La défense de Paris

Chant promotion général Bigeard (2010 2012)

Hold und Sittsamkeit

Minuit chrétien (Noël d’Adam)

Nada te turbe

La Marseillaise du peuple

La grenouille

Le seigneur appelle ses militants

Les Corons

Qu’exulte la terre

Titre de la vidéo *
Description
Importez ou enregistrez votre vidéo *
Votre vidéo ne doit pas dépasser 100 Mo. Retouchez là si nécessaire.
Visibilité de la vidéo *

Vous souhaitez avoir accès à l'intégralité du contenu ? Soutenez Canto en vous abonnant

L’abonnement donne accès à la lecture des partitions à leur téléchargement en format PDF, au téléchargement des carnets de chants en PDF ainsi qu’à la lecture en mode hors ligne sur mobile et tablette.

Vous souhaitez avoir accès à l'intégralité du contenu ?

ou