Connexion
Télécharger

La Parisienne

1 – Peuple Français, peuple de braves,
La Liberté rouvre ses bras ;
On nous disait : soyez esclaves !
Nous avons dit : soyons soldats !
Soudain Paris, dans sa mémoire
A retrouvé son cri de gloire :

(Refrain) En avant, marchons
Contre les canons ;
À travers le fer, le feu des bataillons,
Courons à la victoire. (bis)

2 – Serrez vos rangs, qu’on se soutienne !
Marchons ! chaque enfant de Paris
De sa cartouche citoyenne
Fait une offrande à son pays ;
Ô jour d’éternelle mémoire !
Paris n’a plus qu’un cri de gloire :

3 – La mitraille en vain nous dévore,
Elle enfante des combattants ;
Sous les boulets voyez éclore
Ces vieux généraux de vingt ans.
Ô jour d’éternelle mémoire !
Paris n’a plus qu’un cri de gloire :

4 – Pour briser leurs masses profondes,
Qui conduit nos drapeaux sanglants ?
C’est la liberté des deux Mondes,
C’est Lafayette en cheveux blancs.
Ô jour d’éternelle mémoire !
Paris n’a plus qu’un cri de gloire :

5 – Les trois couleurs sont revenues,
Et la colonne, avec fierté,
Fait briller à travers les nues
L’arc-en-ciel de sa liberté,
Ô jour d’éternelle mémoire !
Paris n’a plus qu’un cri de gloire :

6 – Soldat du drapeau tricolore,
D’Orléans ! roi qui l’a porté,
Ton sang se mêlerait encore
À celui qu’il nous a couté.
Ô jour d’éternelle mémoire !
Paris n’a plus qu’un cri de gloire :

7 – Tambours, du convoi de nos frères,
Roulez le funèbre signal ;
Et nous, de lauriers populaires
Chargeons leur cercueil triomphal.
Ô temple de deuil et de gloire !
Panthéon, reçois leur mémoire !

(Dernier refrain) Portons-les marchons
Découvrons nos fronts
Soyez immortels vous tous que nous pleurons,
Martyrs de la victoire. (bis)

Ajouté à la base le 26 juillet 2022

Par : r2td

Histoire du chant

Auteur : Casimir Delavigne.

Date : 1830

La Parisienne fut composée en 1830 juste après la Révolution de Juillet et en hommage à celle-ci. Après avoir connu un grand succès, jusqu’à devenir l’hymne national de la France durant le règne de Louis-Philippe Ier, La Parisienne est à présent oubliée par le grand public.

Tout Paris chantait alors “La Parisienne” sur le barricades, acclamant la Liberté dans le plis du drapeau tricolore encore interdit.
Casimir Delavigne, auteur de pièces de théâtre et poète à ses heures, était membre de l’Académie Française depuis 1825.

Découvrez aussi

Je veux chanter mes hymnes

Son petit bonhomme de chemin

Chant de la compagnie portée

Dodo m’amour

Anicouni chaouani

Une jeune fillette

Réveillez-vous Picards

An hini a garan

Vergebliches Fürbitten

Le Loup et l’Agneau

Titre de la vidéo *
Description
Importez ou enregistrez votre vidéo *
Votre vidéo ne doit pas dépasser 100 Mo. Retouchez là si nécessaire.
Visibilité de la vidéo *

Vous souhaitez avoir accès à l'intégralité du contenu ? Soutenez Canto en vous abonnant

L’abonnement donne accès à la lecture des partitions à leur téléchargement en format PDF, au téléchargement des carnets de chants en PDF ainsi qu’à la lecture en mode hors ligne sur mobile et tablette.

Vous souhaitez avoir accès à l'intégralité du contenu ?

ou