Connexion
Télécharger

Le chant du maquis des Bauges

1 – Devant partir un jour pour l’Allemagne,
D’un cœur joyeux j’avais pris le maquis
Car j’aurais préféré souffrir le bagne,
Que travailler pour nos pires ennemis.
Pierre Laval, cette sombre canaille,
A déporté tant de pauvres Français,
Que douze balles au pied d’une muraille,
Voilà le sort qui doit lui être fait.

(Refrain) Maquisards, nous sommes au cœur plein d’espérance,
Car nous attendons l’heureux jour, le beau jour,
Où renaîtra notre si belle France,
Car notre temps la défendra toujours.

2 – Dans une cabane là-haut sur la montagne,
Au fond des bois sous le ciel de Savoie,
Nous n’avons pas une vie de cocagne,
Mais nous avons malgré tout quelques joies.
Un verre de vin réveille l’espérance,
Et si nous avons un peu de tabac,
Nous oublions notre vie de souffrance
Et acceptons notre sort ici-bas.

3 – Si l’Allemagne a vaincu notre France,
Il faudra bien que d’ici quelques jours,
Ayant abattu sa fière arrogance,
Nous chantions en vainqueurs à notre tour.
Pas de pitié pour la race maudite,
Qui nous a fait souffrir tant de tourments.
Nous abaisserons l’aigle germanique,
Et “plus de guerre” sera notre serment.

Ajouté à la base le 20 avril 2023

Par : Michelle Pétraz Portier

Histoire du chant

Auteur : Charles Glatz
Sur la musique du Forban (voir partition).
Date : Seconde Guerre Mondiale.

Charles Glatz a été tué le 10 juin 1944 dans les Bauges. Le maquis des Bauges a été le théâtre de plusieurs massacres de population, destructions diverses comme assassinats, tortures et  combats meurtriers entre nazis (et collaborateurs) et résistants, maquisards. Pour en savoir plus sur le maquis des Bauges, on peut lire le livre de Johannès Pallière ci-dessous.

A propos de Charles Glatz, d’après le site Maitron.fr : “Il s’engagea dans la Résistance et le 6 juin 1944, il rejoignit le plateau du Revard.
Dans la nuit du 9 au 10 juin, l’occupant allemand lança une attaque contre les volontaires rassemblés sur le plateau.

Le déroulement des événements est difficile à établir. Charles Glatz, installé avec ses camarades de combat dans la petite station du Revard, fut vraisemblablement capturé. En effet, le 13 juin son corps fut retrouvé avec celui de six autres résistants et du jardinier de l’hôtel du PLM, Léon Prunier le long d’un petit sentier proche de l’hôtel.

Le regroupement des corps et les rapports légistes montrent que les sept hommes furent rassemblés avant d’être mitraillés et de recevoir le coup de grâce. Le procès verbal consacré à Charles Glatz signale même des traces de coups. “

Charles Glatz
Photo de Charles Glatz

Pour la bande son : interprétation d’Aimé Petraz, résistant puis maquisard Maquis dit du Revard (Bauges), décoré. C’était lors de l’interview par la radio Radio chrétienne de France (RCF) du 3 avril 2008 dans le cadre d’une émission “Regards sur la Savoie”.
© Collection privée Droits réservés

Application gratuite

Découvrez aussi

Marv Pontkalleg

Es kommt ein Schleifer

Une araignée sur le plancher

La fille de la Recouvrance

Quand Jesus-Christ créa la Coloniale

Guete Morge

Chant du 8ème RPIMa

Dans ce qui fut ma poche

Cathelineau

Sautrela

Titre de la vidéo *
Description
Importez ou enregistrez votre vidéo *
Votre vidéo ne doit pas dépasser 100 Mo. Retouchez là si nécessaire.
Visibilité de la vidéo *

Vous souhaitez avoir accès à l'intégralité du contenu ? Soutenez Canto en vous abonnant

L’abonnement donne accès à la lecture des partitions à leur téléchargement en format PDF, au téléchargement des carnets de chants en PDF ainsi qu’à la lecture en mode hors ligne sur mobile et tablette.

Vous souhaitez avoir accès à l'intégralité du contenu ?

ou