Connexion
Télécharger

Le Navire de Bayonne

1 – C’était par un bon vendredi
Nous avons parti de Lisbonne
C’est pour en France revenir
Dans le grand navire de Bayonne
Nous n’eûmes pas doublé les pointes
Qu’un vent du nord s’est levé
A fallu carguer la grand-voile
Pour y courir au quart noroît

2 – Il a venté d’un si gros vent,
Grand Dieu, quelle horrible tourmente!
La moitié de nos gens pleuraient
Les autres chantaient des louanges (bis)
Louanges, louanges à haute voix:
“Que Dieu ait pitié de nos âmes,
Puisque la mort il faut avoir”

3 – J’avons reçu un coup de mer
Sur le fond de notre navire
Les dalots ne pouvaient plus fournir
“Coupez le grand mât, je vous prie! (bis)
Et jetez les chaloupes dehors!
Gardez les restes de nos voiles
Pour retrouver tous un bon port!”

4 – Le capitaine s’est avancé,
Étant le maître du navire
“Honneur, dit-il, à qui vivra!
Le grand mât, c’est ma compagnie!
Courage, mes enfants, courage!
Un vaillant homme nous gouverne
Et là ! Tenez- vous bien de garde
Que le navire vienne en travers”

5 – Ils se sont jetés à genoux,
Priant la divine Marie,
Priant le Sauveur tout puissant,
Qui leur ont préservé la vie.
Une grande messe nous ferons dire
A notre bon rassemblement,
Dans la chapelle de Notre-Dame,
Nous prierons Dieu dévotement
Qu’ en* a composé la chanson
C’est le pilote du navire,
Il l’a composé tout au long,
C’est en traversant ces îles,
C’est à vous autres gens de France
Qui naviguez dessus la mer,
Naviguez-y avec prudence,
Surtout dans le temps de l’hiver !…

Ajouté à la base le 28 août 2020

Par : Ar Thuros

Histoire du chant

La première adaptation moderne appartient au groupe “Malicorne” (Gabriel Yacoub). Reprise dans une nouvelle variante par le groupe québécois “Les Charbonniers de l’enfer” en collaboration avec “La Nef”, en 2008

Quelques explications:

1. “Nous avons parti” : le français ancien connaît souvent cette oscillation entre les auxiliaire, surtout s’il s’agit de locuteurs mal instruits

2. “Les pointes” = … les clous

3. “Carguer” = replier, serrer les voiles autour d’une vergue ou d’un mât à l’aide des cargues (cordages)

4. “Noroît/Noroué” = vent venant du nord-ouest/point entre le nord et l’ouest

5. “J’avons reçu” = discordance fréquente en moyen français entre le pronom sujet et la flexion verbale (“j’étions”, “j’avions”, “je combattions”). On en rencontre dans les pièces de Molière (“Enfin donc, j’estions sur le bord de la mar, moi et le gros Lucas, et je nous amusions à batifoler avec des mottes de tarre que je nous jesquions à la teste: car comme tu sais bian, le gros Lucas aime à batifoler, et moi par fouas je batifole itou.”, pour caractériser le parler paysan. Outre les explications purement linguistiques, il y aurait, selon certains auteurs, un sens différent entre “je combattais” (c’est moi seul qui faisait ça) et “je combattions” (le narrateur raconte une action générale).

5. “Dalots” = trous percés dans le pont ou le pavois du navire pour l’évacuation de l’eau

​6. “Fournir” = satisfaire, remplir sa tâche

7. “Qu’en a composé la chanson” = celui qui a composé la chanson

Découvrez aussi

La Noël Passée

La farandole des petits santons

Boire un petit coup

Bénédicités (12 bénédicités scouts)

J’ai la fève

Alma Redemptoris

Chant du routier solitaire

Ne sens-tu pas claquer tes doigts ?

Nienets ìsch’s so scheen un luschtig

Dalin, Dalan

Titre de la vidéo *
Description
Importez ou enregistrez votre vidéo *
Votre vidéo ne doit pas dépasser 100 Mo. Retouchez là si nécessaire.
Visibilité de la vidéo *

Vous souhaitez avoir accès à l'intégralité du contenu ? Soutenez Canto en vous abonnant

L’abonnement donne accès à la lecture des partitions à leur téléchargement en format PDF, au téléchargement des carnets de chants en PDF ainsi qu’à la lecture en mode hors ligne sur mobile et tablette.

Vous souhaitez avoir accès à l'intégralité du contenu ?

ou