Connexion
Télécharger

Le P’tit Quinquin

(Refrain) Dors min p’tit Quiquin, min p’tit pouchin, min gros rogin
Te m’feras du chagrin, si te’n’dors point ch’qu’à d’main

1 – Ainsi l’aute jour eune pauf’ dintelière, in amiclotant sin p’tit garchon,
Qui d’pis tros quarts d’heures n’faijot que d’braire, tâchot d’l’indormir par eune canchon,
Elle li dijot « min narcisse, d’main t’aras du pain d’épice,
Du chuques à gogo, si qu’t’es sache et qu’te fais dodo. »

2 – Et si te’m’laiches faire eune bonne semaine, j’irai dégager tin biau sarrau
Tin patalon d’drap, tin gilet d’laine, comm’un p’tit Milord te s’ras faraud !
J’t’acatrai, l’jour d’eul’ducasse, un porichinelle cocasse
Un turlututu, pour juer l’air du capieau pointu

3 – Nous irons dins l’cour, Jeannette-à-Vaques, vir les marionnettes comme te riras
Quind t’indindras dire un doupe pou Jacques, par l’porichinelle qui parle maga
Té li mettras dins s’menotte, au lieu d’doupes un rond d’carrotte
Il t’dira merci, parce comme nous arot du plaisi !

4 – Et si par hazard sin maîte eus’fâche, ch’est alors Narcisse que nous rirons
Sans n’avoir invie, j’prindrai m’n’air mache, j’li dirai sin nom et ses surnoms
J’li dirai des fariboles, i m’in répondra des drôles
Infin, à chacun verra deux spectac’ au lieu d’un

5 – Alors serre tes yux, dors min bonhomme, j’vas dire eun’prière à p’tit Jésus,
Pou qu’i vienne ichi, pindint tin somme, t’faire rêver qu’j’ai les mains pleines d’écus,
Pou qu’i t’apporte eune coquile, avec du chirop qui quile
Tout l’long d’tin minton, t’eut’pourléqueras tros heures du long

6 – L’mos qui vient, d’Saint-Nicolas ch’est l’fête, pour sûr au soir i viendra t’trouver
I t’f’ra un sermon et t’laich’ra mette, in-d’sous du ballot un grand painier
I l’rimplira si t’es sach’, d’sait-quoi qui t’rindront bénache
Sans cha sin baudet t’invoira un grand martinet

7 – Ni les marionnettes, ni l’pain d’épice, n’ont produit d’effet ; mais l’martinet
A vite rappajé eul’p’tit Narcisse, qui craignot d’vir arriver l’baudet
Il a dit s’canchon dormoir, s’mère l’a mis dins s’n’ochennoire
A r’pris sin coussin, et répété vingt fos ch’refrain

Ajouté à la base le 19 mai 2022

Par : Baptiste C

Histoire du chant

Le P’tit Quinquin (« Petit enfant ») est une chanson du poète lillois Alexandre Desrousseaux (1820-1892), écrite en 1853 en ch’ti, variante locale du picard, langue régionale des Hauts-de-France. Son titre original est L’canchon Dormoire, autrement dit berceuse (mais aussi une parodie). Mais plus qu’une berceuse, cette chanson illustre la vie intime des ouvrières dans ce Nord du XIXème siècle.

Le P’tit Quinquin est le chant de tradition du 43e régiment d’infanterie.

Le P’tit Quinquin a été chanté pour la première fois à Paris en 1855, et est connu bien au-delà de l’aire linguistique du picard. Simplement écrite à l’occasion des Fêtes de Lille, la berceuse est si populaire qu’elle contribue à souder l’identité culturelle du Nord de la France, au point de devenir la chanson de marche des soldats nordistes partant pour la guerre franco-prussienne de 1870. C’est en quelque sorte l’hymne officieux et populaire de la ville de Lille, sonné par le carillon du beffroi de la chambre de commerce de Lille.

L’interprète récent le plus célèbre du P’tit Quinquin est Raoul de Godewarsvelde (1928-1977).

Source Wikipédia.

Découvrez aussi

Grâces

S’isch noch nit lang

Neure Andrea

Noël des Fleurs

Le Chant des Cap Horniers

C’est la mer

Der Jäger und das Schäfermädchen

Grand Saint Nicolas

Ô Seigneur, à Toi la gloire

La Morvandelle

Titre de la vidéo *
Description
Importez ou enregistrez votre vidéo *
Votre vidéo ne doit pas dépasser 100 Mo. Retouchez là si nécessaire.
Visibilité de la vidéo *

Vous souhaitez avoir accès à l'intégralité du contenu ? Soutenez Canto en vous abonnant

L’abonnement donne accès à la lecture des partitions à leur téléchargement en format PDF, au téléchargement des carnets de chants en PDF ainsi qu’à la lecture en mode hors ligne sur mobile et tablette.

Vous souhaitez avoir accès à l'intégralité du contenu ?

ou