Connexion
Télécharger

Lou rigaudon dòu Calignaire

1 – Maire se sabias, d’ounte vène, d’ounte vène
Maire se sabias, d’ounte vène, me batrias
Vène de Touloun, de Touloun et de Marsiho
Vène de Touloun de dansa lou rigaudon

(Refrain) Avieu un calignaire, m’agradavo pas
Avié lou nas de caire, sabié pas dansa
Aquéu calignaire, m’agradavo gaire
Aquéu calignaire m’agradavo pas (bis)

2 – I’a li chivalié, de l’armado de l’armado
I’a li chivalié, parlon d’amour voulountié
L’espaso au coustat, bello mino, bello mino
L’espaso au coustat, sabon se faire escouta

3 – I’a tant de marin, per la danso, per la danso
I’a tant de marin, per la danso plen d’entrin
Maire que fa gau, cambo lesto, cambo lesto
Maire que fa gau, cambo lesto e pèd descaus

4 – I’a li gros marchand, li pistolo, li pistolo
I’a li gros marchand, li pistolo e li diamant
N’an si cofre plen, de coulano, de coulano
N’an si cofre plen de coulano e de pendent

5 – Ah ! li bèu pais, tout fa festo, tout fa festo
Ah ! li bèu pais, tout fa festo, tout ié ris
Maire se voulias, vosto fiho, vosto fiho
Maire se voulias, aqui la maridaras.

Ajouté à la base le 22 novembre 2022

Par : Eve

Histoire du chant

D’après Domenge, Jean-Luc, Chanson d’amour en Provence, 2009, Tac-Motif des régions :

“Le premier couplet et refrain de ce rigaudon, avec la musique, sont donnés chacun à part par Lambert dans “Chants et chansons populaires du Languedoc” […] Les paroles du premier couplet seulement sont données sur un air différent par Tiersot dans “Chansons populaires des Alpes françaises”[…] Les autres couplets ont été “reconstitués” par Pierre Fontan de Toulon. La chanson est devenue très populaire dans le Var et toute la Provence au XXe siècle dans les milieux “provençalistes”. Elle fut publiée pour la première fois, dans “Lou cansounié de la Targo” Touloun. 1937. “

Traduction :

1 – Mère si vous saviez, d’où je viens […] vous me battriez.
Je viens de Toulon et de Marseille, je viens de Toulon de danser le rigaudon.

(Refrain) J’avais un amoureux, il ne me plaisait pas
Il avait le nez tordu, il ne savait pas danser
Cet amoureux, il ne me plaisait guère
Cet amoureux, il ne me plaisait pas.

2 – Il y a des chevaliers, de l’armée, ils parlent d’amour volontiers
L’épée au côté, belle mine, ils savent se faire écouter.

3 – Il y a tant de marins, pour la danse, plein d’entrain.
Mère comme ça me réjouit, jambe légère et pied déchaussé.

4 – Il y a les gros marchands, les sous et les diamants
Ils en ont des coffres pleins, de colliers et de boucles d’oreilles.

5 – Ah! Le beau pays, tout fait fête, tout est rire.
Mère si vous vouliez, votre fille, là vous la marierez.

Découvrez aussi

Ô prends mon âme

Noël lorrain (Quel est ce brillant éclat)

LUXEMBOURG – ONS HEEMECHT

Là-bas dans la prairie

A cheval gendarme

Kyrie Eleison

Passant la rue Saint-Honoré

Quand la boiteuse va-t-au marché (paillard-marin)

Les p’tits potes

J’irai revoir ma Normandie

Titre de la vidéo *
Description
Importez ou enregistrez votre vidéo *
Votre vidéo ne doit pas dépasser 100 Mo. Retouchez là si nécessaire.
Visibilité de la vidéo *

Vous souhaitez avoir accès à l'intégralité du contenu ? Soutenez Canto en vous abonnant

L’abonnement donne accès à la lecture des partitions à leur téléchargement en format PDF, au téléchargement des carnets de chants en PDF ainsi qu’à la lecture en mode hors ligne sur mobile et tablette.

Vous souhaitez avoir accès à l'intégralité du contenu ?

ou