Connexion
Télécharger

Quinze marins

(Refrain) Quinze marins sur le bahut du mort
Hop là ho ! une bouteille de rhum
A boire et l’diable avait réglé leur sort
Hop là ho ! une bouteille de rhum

1 – Long John Silver a pris le commandement
Des marins, et vogue la galère
Il tient ses hommes comme il tient le vent
Tout l’monde a peur de Long John Silver.

2 – C’est Bill, le second du corsaire,
Le capitaine Smith en colère
Qu’est revenu du royaume des morts
Pour hanter la cache au trésor.

3 – “Essaie un peu de me contrecarrer
Et tu iras où tant d’autres sont allés
Quelqu’s uns aux vergues et quelqu’s uns par d’sus bord
Tout l’monde pour nourrir les poissons d’abord”.

4 – Nous finirons par danser la gigue
La corde au cou, au quai des pendus
Toi, John Forest, et toi, John Merigue
Si près du gibet qu’j’en ai l’cou tordu.

Ajouté à la base le 4 décembre 2019

Par : Lance G

Histoire du chant

Quinze marins ou Dead Man’s Chest (nom original en anglais) est une chanson de marin dont la création a été initié par Robert Louis Stevenson dans son roman de L’île au trésor (1883).

L'île au trésor publié en 1883

Il a été, par la suite, développé dans un poème intitulé Derelict de Young E. Allison, publié dans le Courrier-Journal de Louisville en 1891. Il a depuis été utilisé dans de nombreuses œuvres postérieures sous diverses formes, dont une interprétation par Michel Tonnerre.

Cette chanson de marin est fictive, dans ce sens, elle est apparue pour la première fois dans une œuvre de fiction et non une chanson de mer authentique. Cependant, cela ne signifie pas que la chanson n’a pas été chantée plus tard par de vrais marins.

Dans L’île au trésor, édité en 1883, Stevenson n’a écrit que le refrain, laissant le reste de la chanson non écrit, et à l’imagination du lecteur :

Fifteen men on the dead man’s chest
Yo-ho-ho, and a bottle of rum !
Drink and the devil had done for the rest
Yo-ho-ho, and a bottle of rum !

Avec une variante de fin :

But one man of her crew alive,
What put to sea with seventy-five.

Stevenson ne précise pas si ces deux vers font partie de Dead Man’s Chest ou d’une autre chanson totalement fictive. Quoi qu’il en soit, les mots des paroles aident à faire avancer le scénario.

En 1970, Michel Tonnerre fait une reprise de la chanson en français devenu un tube dans l’univers du chant de marin.

Découvrez aussi

Surcouf

Le pont de Morlaix

Les p’tits potes

Kêr Iz hag ar Roue Gralon

Pour Dieu et ma Patrie

Ô ma troupe

Adieu Papa, adieu Maman

La prise de la Bastille

La Parisienne

Au 31 du mois d’Août (paillarde)

Titre de la vidéo *
Description
Importez ou enregistrez votre vidéo *
Votre vidéo ne doit pas dépasser 100 Mo. Retouchez là si nécessaire.
Visibilité de la vidéo *

Vous souhaitez avoir accès à l'intégralité du contenu ? Soutenez Canto en vous abonnant

L’abonnement donne accès à la lecture des partitions à leur téléchargement en format PDF, au téléchargement des carnets de chants en PDF ainsi qu’à la lecture en mode hors ligne sur mobile et tablette.

Vous souhaitez avoir accès à l'intégralité du contenu ?

ou