Connexion

Réviser l’épopée napoléonienne avec le chant ? De la Révolution au coup d’état (1/2)

Publié le : 15 décembre 2022

Napoléon est sans doute l’un des personnages les plus célèbres de l’histoire. Corse né à Ajaccio sous l’Ancien Régime en 1769, il est devenu, suite à une carrière exclusivement militaire et à beaucoup d’audace et de réussite, général en chef de l’armée de l’intérieur à 26 ans. Il est surtout connu pour avoir été l’Empereur qui a fait trembler l’Europe jusqu’en 1815.

Une telle épopée personnelle et politique a laissé de nombreuses traces dans le chant, en France mais aussi dans les pays conquis.

Bonaparte au siège de Toulon, 1793, toile d’Édouard Detaille, Musée de l’armée.

Ascension militaire de Napoléon

En 1788-89, alors que la Révolution éclate, Napoléon est déjà lieutenant, à 19 ans. Fidèle à la Révolution, il grimpe rapidement les échelons : capitaine en juillet 1793, il participe de façon décisive à la prise de Toulon, alors aux mains des Royalistes et des Britanniques, en proposant un plan d’attaque au général Dugommier. Ce fait d’armes lui vaudra la promotion au rang de général de brigade en septembre 1793, moins de six mois après avoir été promu capitaine. Un chant a été écrit par Chénier à ce sujet : « Hymne sur la reprise de Toulon ». Tourné contre l’Anglais qui occupait la ville, ce chant envisage même de porter la Révolution outre-Manche.

“Les nôtres à Plymouth portant l’égalité
Consoleront la Manche à des brigands soumise
Et le jour de l’égalité
Luira sur la sombre Tamise.”

Le 14 juillet 1794, “Le Chant du Départ” est exécuté pour la première fois. Bonaparte le préfère à “La Marseillaise”, il en fera l’hymne officiel du Premier Empire. Ces deux chants ont galvanisé les troupes et ont sans doute contribué au moral et à la victoire des républicains sur les royalistes.

En 1795, Bonaparte réprime avec succès l’insurrection royaliste de Paris, ce qui lui vaut d’être promu général de division 16 octobre 1795) puis général en chef de l’armée de l’Intérieur le 25 octobre 1795. Il a à peine 26 ans.

Victoires hors de France

Victorieux en Italie en 1796-1797, il part ensuite en Egypte en 1798 à la tête de l’armée d’Orient, plus populaire que jamais, ce qui inquiète le Directoire. Il défait aisément la résistance locale, mais se retrouve piégé avec son armée en Egypte, car les Anglais ont détruit sa flotte pendant qu’il guerroyait à l’intérieur du pays. « Te souviens-tu », un chant de 1817 écrit par Emile Debraux, très empreint de nostalgie napoléonienne, résume toutes les campagnes militaires et notamment l’Italie et l’Egypte.

« Te souviens-tu que les preux d’Italie
Ont vainement combattu contre nous ? »

« Te souviens-tu de ces jours trop rapides,
Où le Français acquit tant de renom !
Te souviens-tu que sur les pyramides,
Chacun de nous osa graver son nom ?
Malgré les vents, malgré la terre et l’onde,
On vit flotter, après l’avoir vaincu,
Nos étendard sur le berceau du monde :
Dis-moi, soldat, dis-moi, t’en souviens-tu ? »

Bataille des Pyramides

Napoléon devient Premier Consul

L’armée décimée par les épidémies, en guerre contre les Ottomans et les Anglais, l’expédition d’Egypte n’est pas franchement couronnée de succès. Napoléon choisit de rentrer en France. De retour il organise le coup d’état du 18 brumaire (7 novembre 1799) et devient Premier Consul.

Bonaparte remporte ensuite une nouvelle victoire militaire à Marengo, en Italie, face aux armées autrichiennes. La légende raconte que le « Chant de l’oignon » serait né peu avant la bataille de Marengo le 14 juin 1800. Bonaparte aperçoit des grenadiers qui frottent vigoureusement une croûte de pain.  « — Que diable frottez-vous donc sur votre pain? leur demanda-t-il. – C’est de l’oignon, mon général. – Ah ! Très bien, il n’y a rien de meilleur pour marcher d’un bon pas sur le chemin de la gloire ».

Gravure d’époque de l’attentat de la rue Nicaise

Cette ascension au titre de Premier Consul n’est pas du goût de tous, et Napoléon est la cible d’un attentat le 24 décembre 1800. Nommé attentat de la rue Saint-Nicaise ou « conspiration de la machine infernale », il a manqué son but mais donné naissance à un chant : « Complainte de la machine infernale ».

En 1804, Napoléon se sacre lui-même Empereur. Son épopée continue jusqu’en 1815, la suite dans un prochain article !

Pour réviser cette période de façon plus scolaire, nous vous conseillons cette vidéo :

Dans la même catégorie

Canto vous raconte… l’abbé Gabriel-Charles de Lattaignant, l’auteur de Fanchon (1757)

Article

Réviser l’épopée napoléonienne avec le chant ? De la Révolution au coup d’état (1/2)

Article

“Le chant est un massage intérieur pour le corps”. Entretien avec la musicothérapeuthe Julie de Stoutz.

À travers chants

Folklore ou tradition, faut-il choisir ?

Article

Pourquoi chantons-nous ? Transmettre, émouvoir, rassembler… et partager !

Article

Quand l’Histoire fait naître des chants populaires

Article

Chants alsaciens : un matériau incomplet mais exploitable ? Entretien avec Daniel Muringer.

À travers chants

Les Chansons à boire des Vignerons de Bourgogne

Article

Comment réussir à monter une chorale ? Entretien avec la chef de chœur Karine Delattre.

À travers chants

Quand notre Voix s’exprime

Article